Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un rapport parlementaire propose de rendre l'armement de la police municipale obligatoire

mardi 11 septembre 2018 à 8:22 Par Valentine Letesse, France Bleu

Le député LREM et ancien patron du Raid, Jean-Michel Fauvergue, veut rendre l'armement obligatoire pour les policiers municipaux. Un rapport parlementaire sera remis ce mardi au Premier ministre Edouard Philippe.

Des policiers municipaux armés sur la Croisette.
Des policiers municipaux armés sur la Croisette. © Radio France - LOIC VENANCE / AFP

Et si l'armement de la police municipale devenait obligatoire ? Le rapport sera remis au Premier ministre ce mardi après-midi à 16 heures. 

Au programme, 78 propositions pour améliorer la coordination entre les forces de l'ordre, la police municipale et les agents de sécurité privée. L'une d'entre elles étant de rendre l'armement des policiers municipaux obligatoire. Polémique en vue.

84% des effectifs de police municipale déjà armés

D'après le rapport des deux députés LREM, Jean-Michel Fauvergue de Seine-et-Marne et Alice Thourot de la Drôme, 84% des effectifs de police municipale étaient déjà équipés d'une arme, quelle que soit la catégorie en 2016. Au total, 18 044 policiers municipaux sont armés. 

De la bombe lacrymo au calibre 38, il n'y a qu'un pas. Le pistolet "entre progressivement dans les usages" estiment les rapporteurs. 

"Il ne s'agira pas nécessairement d'imposer l'armement permanent de tous mais bien d'acter le fait que tous peuvent être en situation de l'être" - les deux députés LREM.

Le but de cette proposition ? Favoriser "la coproduction de sécurité" entre polices et gendarmeries nationales, polices municipales et acteurs de la sécurité privée. Comme leurs confrères, les policiers municipaux seraient armés de pistolets semi-automatiques. 

D'ailleurs, les députés souhaitent aussi faciliter l'équipement des agents de sécurité privée en taser. Ce n'est pas la seule mesure du rapport à transformer le paysage de la sécurité en France. 

L'ancien patron du raid et la député de la Drôme propose aussi la création d'une école nationale de la police municipale et leur permettre de consulter directement, (mais sous conditions), certains fichiers de police comme le fichier des objets et des véhicules signalés ou celui des personnes recherchés.

Et si on en veut pas ?

Cette proposition de renversement de la règle en vigueur pose une autre question : si on ne veut pas d'une police municipale armée, peut on s'y opposer ? Si l'on suit la proposition du rapport, l'armement sera obligatoire "sauf décision motivée du maire".

Si plus de 18 000 policiers municipaux français sont armés, seuls 44% d'entre eux portent une arme à feu, même dans le contexte de menace terroriste certains maires sont toujours réticents à cette option. "Nos agents de police n'ont pas vocation à interpeller les gens et faire des contrôles", a par exemple réagisur franceinfo le maire EELV d'Arcueil. Pour Christian Métairie, c'est simple "à chacun son travail".