Société

"Si l'école faisait son travail, j'aurais un travail" : le Medef s'excuse et retire son slogan provocateur

Par Thibaut Lehut, France Bleu jeudi 21 septembre 2017 à 12:30 Mis à jour le jeudi 21 septembre 2017 à 19:39

Le slogan utilisé par le Medef, notamment sur les réseaux sociaux.
Le slogan utilisé par le Medef, notamment sur les réseaux sociaux. - Twitter @medef

Après la polémique liée au slogan provocateur utilisé par le Medef, le patron de l'organisation patronale Pierre Gattaz a indiqué ce jeudi soir au ministre de l'Éducation qu'il retirerait le slogan. Il adresse aussi les "très sincères excuses du Medef aux enseignants", d'après Jean-Michel Blanquer.

"Si l'école faisait son travail, j'aurais un travail !". Depuis mercredi, ce slogan utilisé depuis juin par le Medef pour promouvoir ses idées en terme de formation a créé une polémique. C'est la Fédération syndicale unitaire (FSU) qui s'est publiquement indignée du procédé de communication, dénonçant une "insulte pour les enseignants". Ce jeudi soir, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation, a indiqué sur Twitter que le Medef retirait son slogan : "Pierre Gattaz m'indique qu'il retire le slogan malvenu et me prie de transmettre les très sincères excuses du Medef aux enseignants", a tweeté le ministre.

Retour sur la polémique en quatre actes

Le 14 juin dernier, l'organisation patronale lance un manifeste pour promouvoir la formation et exprimer ses propositions destinées à "rendre les jeunes 100% employables", au sortir d'une période électorale chargée. Le Medef met en ligne un site internet qui rassemble ses idées et assure la promotion du tout avec un slogan provocateur, passé donc inaperçu.

Ce mercredi, le syndicat de fonctionnaires FSU publie un communiqué intitulé "Le Medef n’a pas le droit d’insulter l’Ecole". "Une campagne du Medef affiche son mépris pour le service public d’éducation, ses personnels et ses élèves", écrit le syndicat. Avant d'ajouter : "En accusant abusivement l’école, le Medef cherche sans doute à faire oublier que les entreprises n’ont pas réussi à créer le million d’emplois promis comme devant résulter du CICE".

Jean-Michel Blanquer "consterné"

"Les enseignants ne doivent pas le prendre pour eux", avait réagi de son côté l'organisation patronale, interrogée par franceinfo. "C'est bien l'école d'aujourd'hui qui débouche sur un chômage de masse des jeunes français, une éducation trop académique et pas assez professionnelle", ajoutait le Medef, qui a posté mercredi sur Twitter un message visiblement destiné à apaiser les tensions.

Mais ce jeudi, la polémique avait pris un peu plus d'ampleur avec la réaction "consternée" de Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l'Éducation nationale avait demandé "le retrait immédiat" du slogan utilisé par le Medef.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, avait à son tour répondu au Medef dans la journée, avec un message dubitatif sur "le sens des responsabilités" de l'organisation patronale.

Selon Le Parisien, le slogan du Medef est également au cœur de publicités sur le web, notamment sur pagesjaunes.fr ou sur les réseaux sociaux.