Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sierck-les-Bains renonce au label "Village fleuri" pour "retrouver de la liberté"

mardi 26 mars 2019 à 8:33 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Ras-le-bol du concours des villes fleuries : le maire de Sierck-les-Bains a décidé de ne plus participer à ce concours généralement très prisé des communes. Laurent Steichen a même enlevé les panneaux avec les trois fleurs décernées à sa ville.

Le maire de Sierck-les-Bains enlève son panneau "Village fleuri"
Le maire de Sierck-les-Bains enlève son panneau "Village fleuri" © Maxppp - Pierre HECKLER

Sierck-les-Bains, France

"On voulait retrouver de la liberté". Le maire de Sierck-les-Bains, Laurent Steichen, a décroché les panneaux "Village fleuri" aux entrées de sa commune, et renonce au label pourtant très prisé des communes qui veulent valoriser leur fleurissement. Trop de contraintes, explique l'édile : "Des employés m'ont rapporté, par exemple, qu'ils n'avaient pas sorti certaines installations l'année dernière, tout ça pour qu'elles soient en ordre et nickel cette année, au passage du jury."

On retrouve les mêmes fleurs aux mêmes ronds-points de toutes les villes moyennes de France." - Laurent Steichen, maire de Sierck-les-Bains

Autre problème soulevé par Laurent Steichen : la différence de moyens selon la taille de la commune, et sa situation géographique, "alors que les critères du concours sont les mêmes du nord au sud et de l'est à l'ouest. Or, les fleurs demandent plus ou moins de soleil, de pluie, etc." Il dénonce "une uniformisation du fleurissement. On retrouve les mêmes fleurs aux mêmes ronds-points de toutes les villes moyennes de France".

On sait qu'on ne parviendra jamais à quatre fleurs du fait de la minéralité de la ville."

Les villes moyennes sont, selon lui, celles qui ont le plus de difficultés dans le concours : les petites ont énormément de bénévoles, les grandes beaucoup de moyens.  "On est un peu dans cet entre-deux, et en plus, on sait qu'on ne parviendra jamais à quatre fleurs du fait de la minéralité de la ville". Pour autant, il ne crache pas dans la soupe : "Au départ, le concours nous a donné le coup de pouce nécessaire, parce qu'on a couru après ce label, mais une fois qu'on l'a, on se rend compte que cette course-là n'est pas bonne."

De nouveaux panneaux "maison"

Pour le maire, ce n'est pas une question financière : "On va continuer le fleurissement. Je ne vais pas forcément mettre moins d'argent. Au contraire, on va retrouver de la création. Notre particularité, c'est qu'on fleurit à partir de l'histoire de la ville." Et la commune va remplacer les panneaux par d'autres panneaux "maison" - "pas un nouveau label, nous n'avons pas cette prétention" - pour "préciser que la ville sera fleurie autrement". De toute façon, Laurent Steichen est persuadé que "personne n'attire des touristes avec trois fleurs, et même quatre... Sauf les fondus comme moi qui visitait de temps en temps ces communes pour trouver des idées !"

Laurent Steichen, invité de la rédaction de France Bleu Lorraine