Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sillé-le-Guillaume : trois lycéens participent à un concours d'éloquence régional

mardi 7 mars 2017 à 19:07 Par Marie Mutricy, France Bleu Maine

Trois élèves du lycée de Sillé-Le-Guillaume participe ce samedi à Nantes au concours régional d'éloquence du Lions Club International. Le club philantropique organise depuis 29 ans cette confrontation entre jeunes pour développer l'adresse et la réflexion chez les concurrents.

Deux des jeunes lycéens de Sillé-le-Guillaume qui participent au concours d'éloquence du Lions Club international à Nantes samedi.
Deux des jeunes lycéens de Sillé-le-Guillaume qui participent au concours d'éloquence du Lions Club international à Nantes samedi. © Radio France - Marie Mutricy

Sillé-le-Guillaume, France

"Aider : verbe du premier groupe, cinq lettres mais pourtant une grande signification" : ces quelques mots marquent le début du discours de Sandrella, l'une des participantes au concours d'éloquence du Lions Club International. Samedi, trois jeunes de Sillé-Le-Guillaume défendront leur discours devant le public de la convention de cette association philantropique, à Nantes. Les lycéens ont du travailler à partir d'une citation du fondateur du Lions Club, Melvin Jones :

On ne peut aller bien loin dans la vie, si l'on ne commence pas par faire quelque chose pour quelqu'un d'autre - Melvin Jones, fondateur du Lions Club International

Pour entendre le résultat de leur travail, il suffit de lancer le player :

reportage au lycée de Sillé-le-Guillaume

Prendre confiance à l'oral

L'oral n'est pas forcément leur point fort : "Forcément, le stress est toujours là et je dois bien réviser mon texte" avoue Sandrella, 15 ans. "J'ai peur" lâche simplement Gabriel, en première L. "J'ai pas tellement l'habitude de parler à l'oral comme ça et oui, c'est un peu bizarre au début, mais on s'y fait" conclut Théo. Pourtant ils ont du se pencher sur cette citation et écrire un discours de 8 minutes quasiment sans aucune aide. "J'ai juste proposé quelques aménagements en terme de structure, peut-être trouver plus d'exemple" souligne l'un des professeurs de français qui accompagne les élèves, Julien Delrieu.

Parler de la société, parler de soi

L'enseignant a également conseillé de chercher à partager des réflexions plus personnelles sur la vie. Un copain venu écouter ses camarades est bluffé : "j'ai eu des frissons qui me sont remontés dans la nuque". Comme quand Gabriel évoque le rôle que joue sa belle-mère dans sa vie : "C'est ma belle-mère qui m'a appris le plus sur ce monde et sur son fonctionnement" clame-t-il ainsi dans son texte. "Ça donne les larmes aux yeux. On se dit 'je partage des choses personnelles qui me sont propres'. Donc oui, c'est émouvant" avoue l'adolescent. Un exercice peu courant au lycée, même si les élèves préparent l'oral du bac de français : "C'est aussi une perspective intéressante pour eux, cette aisance qu'ils sont en train d'acquérir et je pense qu'ils en ont conscience" conclut le professeur.