Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sivens : après plus de trois ans de réflexion, le projet d’un nouveau barrage sans doute relancé

-
Par , France Bleu Occitanie

Avec un an de retard, le projet de territoire doit rendre ses propositions autour de l’irrigation du nord-ouest du Tarn. Une décision qui pourrait réanimer les tensions de 2014 au plus fort de la lutte contre le barrage de Sivens. Des zadistes se seraient même réunis ces derniers jours sur le site.

Une retenue sur le Tescou fait partie des hypothèses du comité de territoire.
Une retenue sur le Tescou fait partie des hypothèses du comité de territoire. © Maxppp -

Barrage de Sivens, Lisle-sur-Tarn, France

Le projet de retenue d'eau à Sivens alimente toujours les débats dans le Tarn. Un projet de territoire a été lancé, après la mort de Rémi Fraisse pour tenter de trouver la solution qui permettrait de mettre toutes les parties d’accord. Cette instance devait permettre de renouer le dialogue et de trouver la meilleure solution pour les besoins en eau de la vallée du Tescou. 

Ce projet de territoire du bassin du Tescou doit aboutir ce mercredi 3 juillet. Une réunion est prévue à la Maison Forestière de Sivens. Il est probable qu’il débouche sur une proposition de projet de retenue, à Sivens ou ailleurs. Plusieurs hypothèses sont examinées et le projet choisi devra être validé par les élus. 

"Une retenue indispensable à l'équilibre de la vallée" 

Les agriculteurs continuent de dire qu’ils ne peuvent travailler sans une retenue d’eau et qu’il en va dans l’avenir de la profession. C’est le cas du patron de la FDSEA dans le département Philippe JOUGLA "L’hypothèse de la retenue n’est pas écartée. C’est même très certainement indispensable pour arriver à un équilibre globale sur la vallée." Et le responsable du principal syndicat agricole du Tarn se dit serein et estime que le projet de territoire a permis "de faire que les gens du territoire se parlent à nouveau.

"On revient au projet initial" 

Mais dans l’autre camp, ça n’a pas l’air si simple. Les associations environnementalistes martèlent que "en aucun cas elles ne valideront la réalisation d’un ouvrage de quelle contenance qu’il soit sur le site de la zone humide du Testet." Les dés sont jetés et sont pipés poursuit Christian Conrad de l’association Association APIFERA (pour la connaissance et la préservation de la nature.) "Il y a 51 pages, et à la fin on voit qu’il reste la retenue sur la zone humide Et c’est le projet avec près de d’un million de mètres cube. Ce qui veut dire qu’on revient au projet initial sur la zone humide. On était là pour valider leur projet. On ne veut pas être complice de ce projet qui va détruire la zone humide.  Et c'est aussi par respect pour le jeune qui est mort là bas." 

La décision du projet de territoire va donc être très complexe à prendre et fait craindre à un retour en arrière. Elle pourrait relancer les tensions vécues entre 2012 et 2015 au plus fort des luttes contre le barrage de Sivens. C’est ce que craignent les habitants de Lisle-sur-Tarn. Et certains ont vu des zadistes venir se rassembler sur le site il y a quelques jours.