Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Six caméras installées à Grabels pour réduire les cambriolages

-
Par , France Bleu Hérault

En mars 2021, le maire de Grabels (Hérault) s'est engagé à installer six caméras de vidéoprotection sur son territoire, où le nombre de cambriolages est en hausse. Elles serviront à aider les forces de l'ordre dans leurs investigations. Pour certains habitants, c'est insuffisant.

Les caméras de vidéoprotection seront installées à l'entrée et à la sortie de la commune de Grabels d'ici cinq ans.
Les caméras de vidéoprotection seront installées à l'entrée et à la sortie de la commune de Grabels d'ici cinq ans. © Maxppp - Rémy PERRIN

Avec ses 9.000 habitants, Grabels (Hérault) était la dernière grande ville de la Métropole de Montpellier à ne pas être équipée de caméras sur son territoire. En mars 2021, René Revol, maire de la commune, s'est engagé à installer six appareils, à l'entrée et à la sortie de la commune, d'ici la fin de son mandat. 

"Au terme de la mandature, ces six caméras seront installées" - René Revol, maire de Grabels

L'objectif principal est de réduire le nombre de cambriolages. C'est sur la demande des forces de l'ordre et d'habitants qu'il a proposé d'en installer. Cette mesure apparaissait dans son programme électoral.

Ces outils seront des caméras de vidéoprotection et non des caméras de vidéosurveillance, c'est-à-dire que les faits et gestes des habitants ne seront pas scrutés en permanence. Les forces de l'ordre pourront seulement visualiser les images, sur autorisation du juge, dans le cadre d'une enquête.

Trente cambriolages en 2019

Raymond Navarro s'est fait cambrioler il y a cinq ans, un 31 décembre. Les voleurs lui ont dérobé du matériel informatique et deux télévisions, dont l'une qui était encore dans son carton de vente. "Ils ont forcé la porte-fenêtre, explique l'homme de 73 ans, qui habite Grabels depuis plus de 15 ans. Quand je suis arrivé, la maison était sans dessus dessous. Tout le placard et la vaisselle étaient versés par terre. C'est étrange quand on voit ça... Ça craint, comme dirait mon fils."

Selon la mairie, une trentaine de cambriolages ont eu lieu à Grabels en 2019. "Ce n'est pas plus que dans les communes voisines, nuance René Revol, maire de la commune. Il n'y a pas moins de délinquance quand il y a des caméras, ce n'est pas vrai. Mais c'est gênant. Il n'y a rien de plus troublant que de rentrer chez soi et de voir que des objets précieux ont disparu." Ce sont essentiellement du liquide et des bijoux qui sont volés. Les cambrioleurs agissent en journée, pendant les heures creuses.

Le maire de Grabels, René Revol, ne compte pas que sur les caméras de vidéoprotection mais aussi sur les relations de voisinage.

Un dispositif insuffisant selon certains habitants

Pour certains habitants, ce dispositif est insuffisant. "Il n'y a pas que les cambriolages, il y a d'autres incivilités, explique Anne Jourdan, présidente du collectif "Tranquillité Grabels Ensemble", qui a milité pour la pose de caméras. Des véhicules sont complètement désossés! La bouchère en a eu pour ses quatre roues." La Grabelloise de 77 ans préconise d'installer des appareils sur les parkings devant la mairie et autour du terrain de foot. Elle a lancé deux pétitions, dans les boîtes aux lettres et sur Internet.

Cette décision ne met pas tous les habitants d'accord.

En décembre 2020, le Conseil municipal a entériné le lancement d'une étude de faisabilité, qui vise à déterminer les endroits où seront posés les appareils. La municipalité avait déjà voté cette mesure lors du premier mandat de René Revol. "Le projet avait avorté car la Préfecture n'avait pas donné son aval, explique l'édile, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui." Selon un compte-rendu municipal du mois de décembre 2013, un arrêté préfectoral avait bien été pris pour mettre en place ce projet.

Les caméras coûtent chacune entre 10.000 et 25.000 euros. Pour les financer, la mairie va puiser dans sa trésorerie, sans augmenter les impôts et sans léser d'autres budgets. Elle espère également bénéficier de subventions de l'Etat.

Le but principal est de réduire le nombre de cambriolages.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess