Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Sois belle et tais toi !"

mardi 8 janvier 2019 à 17:08 Par Hélène Battini et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

Cette expression résume certaines attaques sexistes qui visent Livia Graziani-Sanciu sur les réseaux sociaux. Cette étudiante en Droit et Sciences Po, responsable de la section des Jeunes Républicains de Haute-Corse, est prise pour cible depuis son intervention dans les médias le 5 janvier dernier.

Livia Graziani-Sanciu
Livia Graziani-Sanciu - DR / Tweeter

Corse, France

En tant que responsable des Jeunes Républicains de la Haute-Corse, Livia Graziani-Sanciu a pris la parole samedi dernier à Bastia dans le cadre d'une conférence de presse politique. C'est l’apparition de la jeune femme dans les médias, qui apparemment a provoqué ces commentaires peu amènes. "Parle nous plutôt shampoing" ... "Ta place est à la maison"... "Elle devrait se présenter à Miss Corse, ce serait mieux pour elle, et surtout pour la Corse"... Depuis la fin de la semaine dernière, la jeune responsable politique doit faire face à d'innombrables commentaires sexistes.

Livia Graziani-Sanciu : _« Je savais qu’_on s’expose forcément à des critiques quand on fait de la politique mais je ne m’attendais absolument pas à lire des commentaires du genre reste à la maison, parle du shampooing et encore moins des insultes, pas en 2019…C’est brutal, à l’école ou à la maison depuis mon plus jeune âge on m’a toujours expliqué que les femmes et les hommes étaient égaux, inculqué le respect mais manifestement en 2019 c’est un combat loin d’être gagné, 2019 mérite qu’on s’attaque à ce sujet. »

Vague de soutien

Des insultes donc, mais elle reçoit aussi, depuis, de nombreux messages de soutien. Parmi eux beaucoup de politiques,François-Xavier Ceccoli, Jean-Martin Mondoloni, François Orlandi ou encore Anne Labertrandie, vice-présidente, divers gauche, de la communauté de communes du Sartenais/Valincu/Taravu. 

Anne Labertrandie : «  Le problème c’est que cela devient malheureusement habituel, c’est encore très souvent le cas quand une femme prend la parole surtout en politique un milieu très masculin. Quand on est une femme et encore plus quand on est jeune on arrive souvent au milieu de gens élus depuis très très longtemps qui considèrent que parce qu’ils sont des hommes et parce qu’ils sont âgés ils ont forcément les réponses et sont meilleurs que vous donc on vous regarde un peu de haut et on a tendance à ne pas forcement vous écouter, on vous demande plutôt de faire le café. »

Pour  autant Livia Graziani-Sanciu n'entend pas renoncer. « J’ai eu vraiment des centaines de messages sur Facebook, les réseaux sociaux, des appels, des hommes et femmes politiques de tous bords j’ai vraiment été très touchée…Cela n’a fait que renforcer mon engagement, après cet épisode je vais beaucoup plus m’investir pour la cause des femmes et faire de 2019 l’année de la femme pour de vrai ! »