Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Somme : une nouvelle vidéo de L214 dénonce l'élevage des poules en cage

lundi 14 mai 2018 à 5:03 - Mis à jour le lundi 14 mai 2018 à 8:56 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Picardie et France Bleu

L214 frappe de nouveau, dans la Somme cette fois. L'association de protection des animaux a tourné une nouvelle vidéo dans un élevage de poules pondeuses samarienne. C'est une des six entreprises du département qui travaille avec Matines, une des célèbres marques d’œufs français.

Capture d'écran de la vidéo de L214 dans un élevage de poules en cage dans la Somme
Capture d'écran de la vidéo de L214 dans un élevage de poules en cage dans la Somme

Somme, France

L214 publie ce matin une nouvelle vidéo. Elle a été tournée au mois d'avril dans un des six élevages de poules pondeuses de la Somme qui travaille avec Matines. La célèbre marque d’œufs français a déjà été mise en cause par l'association de protection des animaux.

Pas assez engagés

La vidéo démarre sur un plan large du site agricole, où sont élevés 460.000 poules pondeuses. Puis, des gros plans sur des poules entassées : "chacune dispose d'un espace équivalent à une feuille A4", simplifie L214. Dans les locaux, beaucoup de bruit et, on imagine, de fortes odeurs. Certaines bêtes piétinent des excréments. 

Au sol quelques animaux sont morts. D'autres semblent agoniser dans les cages, ou sont déplumés. "La vidéo a été tournée en cycle de fin de ponte, ce qui explique le déplumage" se défend Matines. Des images gênantes, bien que peut être moins choquantes que d'autres, déjà publiées par L214 dont certaines pointaient du doigt la société Matines. 

A travers cette nouvelle vidéo, l'association dénonce "un manque d'engagement suffisamment clair de la part de Matines" en faveur d'une transition vers l'élevage alternatif, et donc d'une suppression totale des élevages en cage. 

Contactée par France Bleu Picardie, la marque d’œufs a rappelé l'engagement pris par son groupe en novembre 2017 : un "projet d'adaptation [...] de son activité vers les œufs alternatifs". Mais l'engagement n'est pas suffisamment clair pour L214 qui dénonce également un manquement à la réglementation. Certains équipements obligatoires ne semblent effectivement pas présents dans cet élevage de la Somme, mais nous n'avons pas réussi à joindre l'éleveur. 

Faire interdire l'élevage en cage

Au delà de la réglementation officielle, et quand bien même elle serait respectée, l'association pour la défense des animaux espère faire interdire l'élevage en cage. D'où la sortie de cette vidéo, à presque une semaine de l'examen à l'Assemblée Nationale d'un projet de loi sur l'alimentation, qui comprend la question de ces élevages. 

La réglementation actuelle pour les poules pondeuses est bien en-dessous de leurs besoins biologiques" - Sébastien Arsac, responsable des enquêtes de L214.

Chez Matines, on explique également que "chaque élevage a ses spécificités. Une transition vers l'alternatif ne se fait pas sans investissements et nécessite du temps. Si on allait plus vite que ce qui a été déterminé, ça ouvrirait les portes à l'importation", ce que refuse l'entreprise. En attendant une réponse officielle de cette dernière, L214 demande aux consommateurs de ne pas acheter ces œufs, mais surtout de solliciter leurs élus, notamment via la pétition #stopcages.