Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

SONDAGE - Les Bourguignons-Franc-Comtois aiment leur région mais sont pessimistes pour son avenir

mardi 19 février 2019 à 5:01 Par Denis Souilla, France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Le "Baromètres des territoires", ce sondage* réalisé par Elabe pour l'Institut Montaigne et franceinfo, révèle un sentiment mitigé des Bourguignons-Franc-Comtois sur leur région : ils aiment y vivre mais sont pessimistes sur l'avenir, ils sont y attachés mais dénoncent les difficultés du quotidien.

France rurale, illustrationNeurey en Vaux (70, Haute-Saône), commune de 176 habitants
France rurale, illustrationNeurey en Vaux (70, Haute-Saône), commune de 176 habitants © Radio France - Jean-François Fernandez

Bourgogne-Franche-Comté, France

Des habitants heureux de vivre en Bourgogne-Franche-Comté

L'étude menée par Elabe auprès de 800 habitants de Bourgogne-Franche-Comté révèle que 74% d'entre eux sont heureux d'y vivre, et cela pour plusieurs raisons : ils se sentent en sécurité (71%), ils font confiance aux personnes qui vivent autour d'eux (55%). Au-delà, il existent aussi une identité et des marqueurs qui confortent ce bien-vivre et cette fierté : les paysages sont plus beaux qu'ailleurs (62%), avec peu de pollution (62%), une bonne gastronomie (22%) et une histoire riche (24%).

Le pessimisme et la crainte du déclin

Selon cette étude "La France en morceaux", les Bourguignons-Francs-Comtois seraient les Français les plus pessimistes de toutes les régions métropolitaines (ex æquo avec les habitants du Centre-Val de Loire) : 44% se déclarent plus pessimistes pour l’avenir de l’endroit où ils vivent, c'est cinq points de plus que la moyenne nationale (39%).

Plus d'un habitant sur deux est pessimiste pour l’avenir de sa région (52%) et près des trois quarts pour l’avenir de la société française (72%).  52% considèrent que leurs parents vivaient mieux quand ils avaient leur âge et 44% que leurs enfants vivront moins bien qu’eux.

53% ont l’impression que lorsque les commerces de proximité ferment, ils ne trouvent pas facilement un nouveau propriétaire, 51% (+7) estiment qu’il n’y a pas beaucoup d’entreprises qui se créent là où ils vivent. Dans ces conditions, 57% considèrent qu’il est de plus en plus difficile de trouver un emploi, c'est donc naturellement que 70% des Bourguignons-Franc-Comtois pensent que les jeunes doivent s'éloigner de chez eux.

S’ils en avaient la possibilité, seulement 29% quitteraient leur lieu de vie pour une autre commune de la même région. En revanche 46% déménageraient dans une autre région.

  - Aucun(e)
- © Elabe

Le pouvoir d’achat sous pression

Le sondage mené par Elabe révèle que 47% des Bourguignons-Franc-Comtois bouclent leur fin de mois en se restreignant et 39% ont été à découvert tous les mois ou à plusieurs reprises dans l’année. Lors de leurs courses alimentaires, 56% des sondés déclarent faire attention aux prix mais sans trop se restreindre. Un tiers (33%) cherche presque systématiquement les prix les plus bas. 

France rurale, illustrationConflans sur Lanterne (70, Haute-Saône), commune de 622 habitants, traversée par la rivière La lanterne - Radio France
France rurale, illustrationConflans sur Lanterne (70, Haute-Saône), commune de 622 habitants, traversée par la rivière La lanterne © Radio France - Jean-François Fernandez

Un accès difficile aux services publics

Un sentiment d'éloignement des services du quotidien ressort également de ce sondage. Les habitants de Bourgogne-Franche-Comté ressentent plus fortement que dans les autres régions le retrait de l’État, à travers la disparition des services publics. 

Un habitant sur deux (49%) estime que les services publics disparaissent près de chez eux, c'est 12 points de plus par rapport au chiffre national. Un habitant sur deux (49%) juge également que l’endroit où il vit n’est pas bien desservi par les transports en commun, c'est 11 point de plus que la moyenne nationale. 

58% jugent enfin ne pas avoir un accès facile et rapide à des services fondamentaux tels les soins, la formation, la culture ou les démarches administratives. À peine plus d’un sur deux estime que l’accès Internet y est de bonne qualité (52%).

  - Aucun(e)
- © Elabe

Un sentiment d'injustice sociale

82%des habitants de Bourgogne-Franche-Comté jugent que l’on vit dans une société injuste notamment en ce qui concerne les écarts entre les hauts et les bas salaires (37%), les inégalités sociales (29%) et les incivilités (25%).

53% seulement des Bourguignons-Francs-Comtois trouvent qu’il est utile de payer des impôts et des taxes et plus des deux tiers (67%) ont le sentiment qu’ils contribuent plus au système qu’ils n’en bénéficient. Les Bourguignons-Francs-Comtois seraient prêts à payer plus d’impôts en priorité pour réduire la pauvreté (37%), pour avoir un meilleur système de santé (35%) et pour réduire les pollutions (22%).

La défiance est forte vis-à-vis de l’Union européenne, notamment en matière économique : 83% considèrent qu’elle ne favorise pas la prospérité économique de la région et 87% qu’elle ne participe pas au développement du lieu où on habite.

  - Visactu
© Visactu
  - Aucun(e)
- © Elabe

*Sondage réalisé par Elabe pour l'Institut Montaigne, avec franceinfo. Parmi les 10.010 personnes qui ont répondu à l’enquête du Baromètre des Territoires, 800 sont Bourguignons-Francs-Comtois. Ces 800 personnes constituent un échantillon représentatif de la population de la région Bourgogne-Franche-Comté constitué à partir de quotas sur les variables de genre, d’âge, de catégorie socio-professionnelle et de taille d’agglomération.
 

Découvrir l'étude Elabe