Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

SONDAGE - Reconfinement : plus déprimés, les Français sortent davantage et télétravaillent moins

Le baromètre des territoires Odoxa-CGI pour France Bleu et franceinfo s’intéresse ce lundi au reconfinement en France. Télétravail, sorties, respect des gestes barrières ou encore situation dans les hôpitaux : ce sondage revient sur notre ressenti de la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus.

Des Parisiens au parc des Buttes-Chaumont le 9 novembre 2020.
Des Parisiens au parc des Buttes-Chaumont le 9 novembre 2020. © Maxppp - Delphine Goldsztejn

Après une première étude au printemps analysant les conditions dans lesquelles le confinement était vécu, le nouveau baromètre des territoires* Odoxa-CGI pour France Bleu et franceinfo, révélé ce lundi matin, s'intéresse au quotidien des Français lors du reconfinement cet automne. Comment l'ont-ils vécu ? Quel regard portent-ils sur la gestion de l'épidémie de coronavirus ? Découvrez les résultats de notre grande enquête.

Parmi les principaux enseignants de ce sondage, on remarque que les personnes interrogées sortent bien plus que lors du premier confinement. Il faut dire que seulement 9% des actifs télétravaillent à plein temps, soit deux fois moins qu'au printemps. 

Des sorties plus nombreuses

En moyenne, les Français effectuent une sortie par jour (7,1), contre un peu plus de deux par semaine (2,4) lors du premier confinement. Au printemps, seuls 3% des personnes sondées sortaient tous les jours. 

Mais on distingue des différences selon les âges : les sorties sont plus rares pour les moins de 25 ans (6,2 par semaine) ou pour les plus de 65 ans (5,3 en moyenne par semaine). En revanche, les 35-49 ans sont plus enclins à prendre l'air, avec 8,5 sorties par semaine, mais ce sont aussi ceux qui vont davantage au travail ou chercher leurs enfants à l'école. 

Les Français sortent en moyenne une fois par jour pendant le reconfinement.
Les Français sortent en moyenne une fois par jour pendant le reconfinement. - Odoxa-CGI

Il existe également des disparités selon les territoires, c'est ainsi logiquement dans les régions les plus peuplées que l'on sort davantage : Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Occitanie où les habitants font plus de sept sorties par semaine. 

Le premier motif de sortie reste les courses (69%), mais deux autres raisons sont plus souvent invoquées qu’au printemps : les raisons professionnelles (37%, +13 points) et les sorties pour se balader ou faire du sport (28%, +12 points). 

Moins de télétravail

C'est l'une des principales différences avec le premier confinement : cette fois, les actifs ne restent plus à leur domicile. En effet, seulement 9% d'entre eux télétravaillent à plein temps, soit deux fois moins qu'au printemps (20%). 

Selon le sondage, 62% des actifs occupés se rendent sur leur lieu de travail, quasiment tous les jours (52%) ou en alternant présence et télétravail (10%). Lors du premier confinement, ils n’étaient que 29%. C’est dans l’agglomération parisienne qu’on pratique le plus de télétravail complet.

Le télétravail est moins fréquent pendant le reconfinement, qu'au printemps dernier.
Le télétravail est moins fréquent pendant le reconfinement, qu'au printemps dernier. - Odoxa-CGI

Davantage de déprime, surtout chez les jeunes

Le reconfinement est plus souple mais cela ne l'empêche pas de peser sur le moral des Français. Près d'un tiers d'entre eux se sent déprimé (32%), c'est sept points de plus qu'au printemps. Une déprime qui augmente dans toutes les catégories de la population, mais qui touche plus particulièrement les jeunes : près de la moitié des moins de 25 ans se sentent déprimés, et même 53% des étudiants. 

Plus de la moitié (55%) des personnes interrogées disent passer de bons moments en famille, mais la proportion est en baisse (-12 points). 16% des Français déplorent même un climat familial détérioré, un chiffre qui a augmenté depuis le printemps.

La déprime a gagné les Français lors du reconfinement.
La déprime a gagné les Français lors du reconfinement. - Sondage Odoxa-CGI

Une bonne nouvelle tout de même : les Français sont en moyenne moins stressés que lors du premier confinement (37%, soit six points de moins). Ils sont une majorité à considérer la période utile pour faire les choses que l'on a tendance à reporter (62%). 

Un Français sur dix a quitté sa résidence principale

De nombreux Français ont quitté leur domicile habituel pour s'installer au vert : cela concerne en effet une personne interrogée sur dix, soit plus de cinq millions de citoyens. C’est quatre points de plus que lors du premier confinement, ce qui représente un million de personnes supplémentaires. 

Les plus concernés sont les cadres et les habitants des grandes villes, notamment dans l'agglomération parisienne (15%, +6 points), dans les Hauts-de-France (13%), ou encore en Occitanie (11%). Les habitants de Nouvelle-Aquitaine sont proportionnellement les plus nombreux à être restés chez eux (6% de départs). 

Un Français sur dix a quitté sa résidence principale lors du reconfinement.
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale lors du reconfinement. - Odoxa-CGI

Selon l'enquête, les jeunes sont bien plus nombreux encore qu’au printemps à avoir préféré déménager provisoirement (31%, soit 10 points de plus chez les moins de 25 ans). 42% des étudiants ont quitté leur logement, un chiffre qui a doublé par rapport au premier confinement.

Respect des gestes barrières

Plus de la moitié des Français estiment que les habitants respectent les mesures sanitaires : la distanciation sociale et les gestes barrières. Mais il ne s'agit que d'une moyenne, il existe en effet de grosses différences selon l'âge et la taille de la commune.

Les jeunes ne sont que 40% à trouver que ces mesures sont bien respectées dans leur région. Plus on est âgé, plus le jugement est favorable.

55% des Français estiment que, dans leur région, les habitants respectent la distanciation sociale et les gestes barrières.
55% des Français estiment que, dans leur région, les habitants respectent la distanciation sociale et les gestes barrières. - Sondage Odoxa-CGI

Autre disparité : plus la ville est importante, plus les habitants se montrent critiques. En effet, le sondage indique 62% de jugements positifs dans les communes de moins de 20.000 habitants, 48% dans celles de plus de 100.000 habitants, où la distanciation sociale apparaît moins aisée. 

C'est en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur que le plus d'habitants (61% des sondés) trouvent que les gestes barrières et la distanciation ne sont pas respectés. Suivent ensuite à égalité (mais loin derrière) les Hauts-de-France, l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Occitanie (47%). Dans le Centre-Val de Loire, 40% des habitants estiment que les mesures barrières sont trop peu prises en compte.

Vision positive du travail des hôpitaux

Les trois quarts des sondés (73%) estiment que les hôpitaux de leur région ont su faire face à cette deuxième vague de l'épidémie de coronavirus. Petit bémol tout de même : seuls 10% estiment qu’ils font "tout à fait" face quand 63% disent "plutôt" face. 

Là encore, ce sont les jeunes qui se montrent les plus critiques, tandis que les plus âgés sont plus positifs (jusqu’à 80% chez les 65 ans et +). Une région se détache négativement, la région Auvergne-Rhône-Alpes : près de la moitié des habitants (48%) trouvent que les hôpitaux ne font pas face à la situation, c’est près du double de la moyenne enregistrée. Au contraire, 19% seulement des habitants du Grand Est ont une vision positive des hôpitaux.

Les hôpitaux ont-ils su faire face à la deuxième vague ?
Les hôpitaux ont-ils su faire face à la deuxième vague ? - Sondage Odoxa-CGI

Une meilleure gestion locale de la crise

Si le gouvernement reste très critiqué pour sa gestion de l'épidémie (65% des sondés l'estiment pas à la hauteur), les élus locaux sont eux plébiscités par les Français. Leur action est approuvée à 61%. Même chose pour les acteurs privés, commerces locaux de première nécessité et également les entreprises, qui recueillent respectivement 86% et 70% de satisfaction.

Seul le contrôle du reconfinement est mis en cause : près de la moitié des Français (46%) trouve qu’on ne le fait pas bien respecter. Encore une fois, les personnes âgées sont les plus positives ainsi que les habitants vivant en milieu rural, tandis qu’on se montre très partagé (50-50) en agglomération parisienne. 

Globalement, les Français trouvent que le pays a su tirer les enseignements du premier confinement. Si la polémique des masques a pulvérisé la crédibilité du gouvernement en matière de gestion sanitaire, les sondés considèrent que le pays est mieux préparé en termes de stocks de masques à disposition de la population (84%, +6 points en deux mois). Même satisfecit pour la facilité à se faire tester rapidement (68%, + 16 points). 

*Enquête réalisée par Internet du 13 au 19 novembre 2020, auprès d’un échantillon de 3.003 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess