Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Sortie du grand débat : avant les annonces d'Emmanuel Macron, quelles sont les doléances des Girondins ?

-
Par , France Bleu Gironde

Après cinq mois de crise des gilets jaunes et dans la foulée du grand débat, Emmanuel Macron s'exprime ce jeudi soir. Qu'en attendent les Girondins ? Que révèlent les cahiers de doléances désormais compilés à Bordeaux aux archives départementales de la Gironde ? Tour d'horizon.

Il y a eu 55 000 contributions dans 364 cahiers de doléances en Gironde lors du grand débat
Il y a eu 55 000 contributions dans 364 cahiers de doléances en Gironde lors du grand débat © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Emmanuel Macron prendra finalement la parole ce jeudi à 18h face à la presse, après l'allocution avortée pour cause d'incendie de la cathédrale Notre Name à Paris lundi dernier. Le président de la République doit apporter des réponses au grand débat après cinq mois de crise des gilets jaunes. Des cahiers de doléances avaient été ouverts en parallèle du grand débat dans les mairies. En Gironde, il y a eu 55 000 contributions écrites, compilées dans 364 registres, désormais regroupés et consultables aux archives départementales à Bordeaux.

"Vivre mieux"

Nous en avons épluché quelques uns (Gujan-Mestras, Pauillac, St Vivien de Médoc, La Réole, Parempuyre, Gradignan, Marcheprime, Langon, et St-Ciers-sur-Gironde) et il en ressort des revendications diverses, et pour la grande majorité, très axées sur le pouvoir d'achat. On peut lire "justice fiscale, sociale et territoriale". Il faut réduire les impôts, supprimer les taxes, et rétablir l'ISF. Il faut aussi augmenter les retraites et le SMIC, pour "vivre normalement", "dignement", "VIVRE MIEUX" comme le martèle en capitale cet habitant de Marcheprime. "Comment vivre dignement?" interroge aussi une retraitée de Langon, "au bout du rouleau",  avec "moins de 1000 euros par mois". "Où passent nos impôts? Nous avons le droit de savoir" a inscrit cet habitant de Gujan-Mestras. 

"Vous n'écoutez pas les Français"

"Supprimons les dépenses de la Défense" propose un contributeur de St Ciers-sur-Gironde. "Intéressez-vous aux plus démunis, monsieur Macron" peut-on lire aussi. Un autre ajoute : "j'ai hésité avant d'écrire car vous n'écoutez pas les Français !" Il y a aussi ce tableau du Top 30 de footballeurs les mieux payés, Neymar en tête, épinglé dans le cahier de Langon, avec ce mot gribouillé dans la marge "égalité fiscale ?" Des revendications souvent brutes, parfois accompagnées de texte plus personnel. Comme celui d'Amandine à Parempuyre. "Maman de deux enfants, de la classe moyenne, qui n'est pas gilet jaune", et qui dit "se sentir prise en otage par ce mouvement". Elle contribue parce que "c'est son devoir de citoyenne comme aller aux urnes". Elle parle "impôts injustice sociale et désertification médicale". Pourquoi "avec un bon système de Sécu, il n'y a pas  de soignants à des kilomètres à la ronde"

132 pages dans le cahier de Gujan-Mestras

Les formes de ces contributions sont également multiples. S'enchaînent de longues démonstrations, façon dissertation, des listings numérotés de mesures à prendre, un poème, des mots dactylographiés, raturés, ou des feuilles format A4 imprimées en couleur. Ces contributions débutent parfois par des injonctions type "Bougez-vous", et plus rare, des "cher monsieur le Président". Une seule contribution relevée à la Réole, par exemple, mais 19 pages à Marcheprime, 20 à Langon et 132 noircies à Gujan-Mestras, signés par de simples citoyens, des retraités beaucoup, et parfois des gilets jaunes assumés. 

Choix de la station

France Bleu