Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Logements et discriminations : le rapport de SOS racisme est accablant

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un testing a été réalisé en Ile-de-France par SOS racisme avec des annonces de location de logements de particuliers à particuliers sur internet et sur des plateformes comme Le Bon Coin ou PAP. L'enquête publiée ce mardi montre que les Maghrébins ou Subsahariens sont les plus discriminés.

SOS racisme a réalisé de nouveaux testings pour révéler les discriminations au logement
SOS racisme a réalisé de nouveaux testings pour révéler les discriminations au logement - JULES MOTTE

Paris, Île-de-France, France

SOS racisme sort ce mardi une enquête sur les discriminations raciales au logement. L'association a l'habitude de faire des testings. Cette fois elle a décidé de s'attaquer aux annonces et aux sites qui proposent de louer des logements de particuliers à particuliers. Elle a aussi testé les agences et les mairies qui donnent des informations à ceux qui veulent un logement social.

Des centaines de tests ont été menés en Ile-de-France avec des candidatures de cinq origines différentes (asiatique,  française métropolitaine ancienne, maghrébine, subsaharienne et  ultra-marine). Des milliers de mails ont été envoyés dans les départements franciliens. Les résultats des testings sont accablants. Les discriminations au logement sont toujours très fortes.

Les origines maghrébines et subsahariennes ne plaisent pas aux propriétaires

Discrimination des jeunes actifs - Aucun(e)
Discrimination des jeunes actifs - SOS racisme

Un jeune actif d’origine ultra-marine ou subsaharienne a 40% de chance en moins d’avoir un logement qu’un jeune actif d’origine française ancienne. Un jeune actif d’origine maghrébine a 37% de chance en moins et un jeune actif d’origine asiatique a 20% de chance en moins.

Discrimination des étudiants. - Aucun(e)
Discrimination des étudiants. - SOS racisme

Même constat pour les jeunes étudiants qui cherchent à se loger. Là encore ce sont les profils d’origine ultra-marine et subsaharienne qui reçoivent le moins de propositions de visite (11%).

Test sur les plateformes de locations - Aucun(e)
Test sur les plateformes de locations - SOS racisme

Ce n'est pas mieux pour ceux qui passent par le biais des plateformes de location Le Bon Coin ou PAP. 

Ce sont toujours les profils d’origine d’Afrique subsaharienne qui reçoivent le moins de réponses positives (12% contre 48% pour les profils d'origine française ancienne). 

Beaucoup d'agences immobilières connaissent la loi mais passent outre

Là encore le test est sans appel. Les testeurs se sont fait passer pour des propriétaires. Ils ont appelé 90 agences immobilières situées en  Ile-de-France et appartenant aux 9 plus grands réseaux d’agences immobilières.

Le résultat est là alarmant. Plus de la moitié des agences se soumettent aux demandes des propriétaires et acceptent les critères discriminatoires raciaux. Une agence sur quatre accepte de faire elle-même cette discrimination et une sur quatre refuse de faire la sélection elle-même mais laisse le propriétaire la faire.

Les tests montrent aussi que les agences connaissent la loi car 57% ont rappelé aux "propriétaires" que les discriminations étaient interdites.

Pour les demandes de logements sociaux préférez le téléphone au déplacement 

Un panel de 40 mairies et 12 bailleurs des départements de Paris, Seine-Saint-Denis et Hauts-de-Seine ont été testés. Ce testing s’est déroulé par mail et par téléphone. Certains testeurs se sont aussi déplacés. Il s'agissait de sonder les pratiques sur l’accès à l’information  des primo demandeurs de logement social.

Par mail et par téléphone, selon le tests, tout va bien. Tout le monde est traité de la même façon. 

En revanche, quand les testeurs se présentent à la mairie, les choses prennent une autre tournure. Suivant votre origine mais aussi votre lieu de résidence, vous n'êtes pas traités de la même façon

Certaines personnes n’ont pas pu obtenir une information exacte concernant la demande de logement social et d'autres n’ont même pas pu retirer le dossier nécessaire.

SOS racisme fait des propositions

Pour conclure son enquête, l'association fait une série de propositions et demande que les sanctions soient plus fortes pour ceux qui ne respectent pas la loi.

Elles aimerait qu'un baromètre annuel des discriminations soit mis en place. Elle souhaite aussi que l’information soit plus importante et que les professionnels de l'immobilier soient formés à la non-discrimination au logement.

Elle voudrait que les sanctions soient renforcées et qu'un numéro gratuit unique sur le modèle du numéro "Allo discrimination logement" voit le jour à Paris.