Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Soupçonné d'être trop proche de la Chine, le déontologue de l'Eurométropole de Strasbourg démissionne

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

C'est un article du journal Le Point qui a lancé la polémique. Le magazine d'information y présente l'universitaire Christian Mestre, déontologue de l'Eurométropole de Strasbourg, comme un soutien supposé de la Chine. Et lui prête des propos présumés sur la répression de la population ouïghoure

L'hémicycle, à Strasbourg
L'hémicycle, à Strasbourg © Maxppp - Maxppp

Le déontologue de l'eurométropole de Strasbourg Christian Mestre a présenté sa démission ce vendredi. L'universitaire, ex président de l'Université Robert Schumann de Strasbourg et doyen de la faculté de droit, avait en effet été mis en cause dans un article du journal Le Point intitulé "Comment la Chine pousses ses pions à l'université". 

Christian Mestre y est présenté comme un relais favorable aux intérêts de la Chine et soutien présumé du sort réservé à la population ouïghoure. L'hebdomadaire Le Point rapporte en effet que Christian Mestre aurait déclaré lors d'un séminaire en Chine, et citant des médias chinois, que les personnes de la minorité musulmane ouïghoure "ne sont pas en prison mais envoyées en formation obligatoire".

Christian Mestre nie formellement ces accusations. L'universitaire se dit manipulé. Mais "n'entendant pas porter ombrage à l'institution [l'Eurométropole] que vous représentez, je vous présente avec regret et tristesse ma démission" a écrit Christian Mestre dans un courrier lu en séance, lors des questions d'actualité.

Pas un tribunal

Un extrait d'un courrier d'explications et de démission envoyé à Pia Imbs la présidente de l'Eurométropole. "Je n'ai jamais tenu les propos que l'on me prête" y martèle Christian Mestre. "Un courrier écrit avec ses tripes, nous ne devons pas mettre en place un procès stalinien alors que nous n'avons pas tous les éléments" a notamment fait valoir le LR Jean-Philippe Vetter président de groupe à l'Eurométropole. 

La PS Catherine Trautmann, a relevé que les positions du déontologue ne pouvaient être en contradiction avec celles de la ville de Strasbourg "capitale de la démocratie", demandant par ailleurs que des leçons soient tirées de cet épisode.  

"Nous avons en tout cas les éléments de réponse les plus complets" a de son côté souligné la présidente Pia Imbs. "Je me devais de l'interroger, tout en respectant la présomption d'innocence" a-t-elle noté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess