Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Soupe pour les sans-abri : un peu de chaleur pour les gens de la rue à Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La tournée dominicale ne s’est jamais arrêtée depuis 27 ans : 90 bénévoles de la soupe des sans-abri vont à la rencontre des plus démunis dans les rues de Nancy, le dimanche matin, avec une distribution de nourriture, de soupe, de café et de chaleur humaine. Des rencontres personnalisées.

La Soupe pour les sans-abri, le dimanche matin à Nancy.
La Soupe pour les sans-abri, le dimanche matin à Nancy. © Radio France - Thierry Colin

Décembre reste un mois particulier pour les SDF : entre solidarité et fatalité avec la crise sanitaire du coronavirus et la crise économique qui compliquent la vie dans la rue. La pandémie et les deux confinements n’ont pas arrêté la solidarité qui s’organise depuis 1993 à Nancy avec une  tournée dominicale organisée par une soixantaine de bénévoles de l'association La soupe pour les sans-abri. 

Des bénévoles emmenés par André Thiriet, que les gens de la rue appellent par son prénom, qui distribuent café, soupe ou un verre de chocolat chaud pour parler un peu. Chacun vient chercher un sac de quatre ou cinq kilos de nourriture. Ce dimanche, il y aura notamment raviolis, lentilles, thon, lait, pâtes mais aussi un paquet de mouchoirs et des friandises. 

Tournée maintenue mais aménagée

Parmi les bénévoles, Géraldine, Jean-Marie et Marguerite ont tissé un lien particulier avec les gens de la rue qui vivent une période particulière. Le principe est simple, cette aide hebdomadaire est destinée à ceux qui n’ont même pas le RSA et n'ont pas de revenus. Certains sortent des squats et des parkings, d’autres repartent avec le précieux sac pour nourrir leur famille. 

Plus de 300 personnes viennent au rendez-vous chaque dimanche matin avec une 20aine de points de distribution à Nancy et dans sa banlieue. La tournée se terminait cours Léopold autour de midi, mais depuis le premier confinement, l’association limite les rassemblements. 

«On s'entraide, on reste ensemble» assure Stéphanie en avalant sa soupe chaude sur l’escalier latéral de la basilique Saint-Epvre, et qui s’est retrouvée à la rue après avoir été brutalisée par son compagnon. Certains viennent d’un squat non loin, un autre a été «récupéré par le 115» la veille, mais il n’y a pas toujours de la place confie son «pote» qui «n’aime pas Noël». 

Ils ne sont pas anonymes, c'est ça qui est important

Décembre est une période particulière avec le froid et «il y a beaucoup de personnes qui sont solidaires mais c'est pas facile : se rabaisser devant les gens, c'est un peu gênant». Pas de gêne en revanche avec les bénévoles de la soupe, «on est entre nous» confie un bénéficiaire de cette aide hebdomadaire.  

Pour certains bénévoles, l’aide dominicale dure depuis plus d’une décennie : «Forcément, on les reconnaît, ils nous connaissent et ils ne sont pas anonymes, c'est ça qui est important». 

Cadeaux pour les enfants

Pour cette tournée, les 12 bénévoles sur le terrain jouent au père Noël ce dimanche  avec des cadeaux personnalisés pour 109 enfants grâce à un partenariat avec l’Afni, Amitié féminine nancéienne interclubs.
Le cadeau pour Matthieu, ce sera une nouvelle paire de chaussures en 44, qui pourra remplacer ses chaussures trouées, «La soupe» fait aussi vestiaire, sur commande. 

On s'attendait à plus de personnes mais pour l'instant, c'est resté assez stable

On devine les sourires sous les masques et Nigel, 19 ans, à la rue depuis peu, s’apprête à vivre une semaine difficile : «Noël, j'étais habitué à le passer avec ma famille, mais là, j'ai que les amis, ceux qui  m'ont épaulé et quand les gens parlent de Noël de partage, de dîner en famille, c'est un truc que je vais vivre seul». 

Si chaque année plus d’un millier de personnes bénéficient de cette aide, la pandémie et la crise économique n’ont pas fait exploser la demande. Un peu plus de 300 sacs de nourriture sont distribués chaque dimanche. Il y a de nouveaux visages, plus jeunes, mais «ce n’est pas l’explosion» reconnaissent les bénévoles. Parmi les bénéficiaires, on compte un tiers de sans domicile et un tiers de demandeurs d'asile déboutés confie André Thiriet. 

Ecoutez le reportage.

Avec la pandémie et la crise économique, «On s'attendait à plus de personnes mais pour l'instant, c'est resté assez stable» même si certains ne cachent pas que cela pourrait évoluer dans les mois à venir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess