Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sport féminin : le Grand Nancy veut remettre à plat la répartition des subventions aux clubs sportifs

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le sport féminin est-il suffisamment aidé par les collectivités locales ? On se pose la question à l'occasion du week-end "Sport Féminin toujours". Dans le Grand Nancy, le vice président de la Métropole en charge des sports Eric Pensalfini admet qu'il faut tout remettre à plat.

Radoslav Arsov et ses joueuses attendent un coup de pouce de la Métropole
Radoslav Arsov et ses joueuses attendent un coup de pouce de la Métropole © Maxppp - Cédric Jacquot

Le sport féminin est-il suffisamment aidé par les collectivités locales ? On se pose la question à l'occasion du week-end "Sport Féminin toujours", opération en partenariat avec le secrétariat d'Etat à l'égalité femme-homme. Dans le Grand Nancy, le vice président de la Métropole en charge des sports, Eric Pensalfini, admet que la charte signée par les clubs professionnels en 2017 doit être revue. Charte qui prévoit de donner la plus petite subvention au Vandoeuvre Nancy Volley Ball, le club de volley féminin, seul club professionnel à évoluer en première division contrairement à l'AS Nancy Lorraine (Ligue 2), au Sluc Nancy Basket (Pro B), au Grand Nancy Métropole Handball (2e division) ou encore au Grand Nancy Volley Ball (Ligue B). Le Grand Nancy qui prévoit de rencontrer le mouvement sportif pour tout remettre à plat, à partir du 10 février. 

"Etre à la hauteur des enjeux"

Clubs, collectivités, université : tout le monde autour de la table, une conférence sans élu, élections obligent, qui doit travailler tout au long de l'année pour redéfinir la stratégie de la Métropole en matière de sport. Avec une priorité, donner aux femmes une place plus importante, explique Eric Pensalfini, vice président du Grand Nancy, en charge des sports : 

"L'objectif recherché et avoué est qu'effectivement, on ne peut plus rester sur une charte où le sport féminin reste en arrière plan par rapport au sport masculin. Il faut remettre le sport féminin à la hauteur des enjeux de l'égalité hommes-femmes."

Le volley féminin plus si loin de l'Europe

L'égalité, on en est loin. 150.000 euros de subvention de la métropole au VNVB en première division, quand le Grand Nancy Volley Ball, un étage en dessous chez les hommes, touche 240.000 euros. Le basket et le football tournent autour du million d'euros. Donner plus au sport féminin serait rentable en terme d'images surtout, défend l'entraîneur vandopérien Radoslav Arsov : 

"Le seul club qui peut être la vitrine de la ville de Nancy, c'est Vandoeuvre parce qu'aujourd'hui, on est les plus proches de la Coupe d'Europe. Si ça ne suffit pas pour se réveiller un peu, pour passer aux actes, je ne vois pas comment faire autrement [...] Avec 150.000 euros de plus, on peut peut-être jouer les coupes d'Europe. Chez les mecs, n'importe quel sport, avec 150.000 euros de plus, ça ne suffit pas."

Au delà des subventions, la Métropole veut aussi reconsidérer la répartition des installations sportives. Un exemple, le Grand Nancy Métropole Handball cohabite avec le Vandoeuvre Nancy Volley Ball, ce qui devient de plus en plus difficile à mesure que les exigences des ligues professionnelles progressent. Dans le même-temps, le Grand Nancy Volley Ball joue toujours à Maxéville dans une salle pas adaptée au sport professionnel.

Sport de haut-niveau en manque de moyens

Mais la remise à plat ne devrait pas s'arrêter aux seuls clubs professionnels. Eric Pensalfini souhaite que la Métropole se penche aussi sur les sports non professionnels comme le water-polo ou l'athlétisme par exemple. Des disciplines qui manquent de moyens mais qui peuvent faire rayonner le territoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu