Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sports d'hiver : les snowpark doivent-ils répondre à des normes de sécurité ?

-
Par , France Bleu Pays de Savoie
Grand-Bornand, France

Les snowpark, ces fameux parcours pour amateurs de sensations fortes, sont régulièrement contrôlés par les services de l'État pour s'assurer que le skieur y est en sécurité. Mais doivent-ils répondre à des normes ? Sont-ils tous correctement sécurisés ?

Si vous aimez les bosses et les tremplins, vous êtes forcément déjà allé dans un snowpark. Ces parcs à neige en station attire les grands comme les petits. Pour assurer la sécurité de tous, ils sont régulièrement contrôlés par les services de l'État. D'autant que : non. Ils n'ont aucune norme obligatoire de sécurité. 

Une obligation générale de sécurité

Les gérants des snowpark sont uniquement soumis à un texte : l'obligation générale de sécurité. "Y a pas de réglementation qui définit précisément ce qu'on doit trouver et ce qu'on doit faire dans un snowpark" explique Francis Aurières, inspecteur à la Direction Départementale en charge de la Protection des Populations. Pas d'obligation de taille de tremplin ou de distance minimum entre deux modules : seulement des normes conseillées. Le texte prévoit tout de même la cas échéant, la fermeture d'un snowpark si l'agent contrôleur estime que les skieurs sont en danger.

Le snowpark à la station du Grand-Bornand en Haute-Savoie. - Radio France
Le snowpark à la station du Grand-Bornand en Haute-Savoie. © Radio France - Valentine Letesse

Niveaux de difficultés, modules et comportements des skieurs

Francis Aurières doit donc s'assurer que tout a été prévu pour informer, avertir et proposer les meilleures conditions de ride possible au skieur "et ça commence dès l'entrée du parc" lance l'inspecteur. "On voit comment sont disposées les installations, s'il y a une séparation avec le reste du domaine skiable : ce qui parait quand même essentiel. On voit du haut aussi que des oriflammes ont été disposés par ligne de difficultés par code couleur : du vert au noir comme sur les pistes de ski. Ça permet aux pratiquants de bien identifier la ligne où ils vont s'engager". Un très bon point pour le Grand-Bornand. 

"Il est intéressant d'observer les pratiquants. Parce que quand on ne pratique pas soi même, c'est un bon indicateur !"

Prise d'élan, comportement du skieur avant le saut, vitesse du pratiquant : Francis Aurières observe tout. Y compris si les zones de départ et de réception des sauts sont bien dégagées. 

Comment les snowparks sont-ils gérés ?

La deuxième partie du contrôle se passe dans le fameux petit chalet au pied des bosses pour comprendre : comment est géré le snowpark ? Pour s'assurer de la sécurité des skieurs, les gérants doivent contrôler les modules plusieurs fois par jour et donc tenir un cahier de contrôles journaliers. À chaque contrôle, en fonction de l'évolution de la neige sur et aux abords des modules, les techniciens du snowpark décident ou non de sa fermeture.

L'entrée du Snowpark dans la station du Grand-Bornand en Haute-Savoie. - Radio France
L'entrée du Snowpark dans la station du Grand-Bornand en Haute-Savoie. © Radio France - Valentine Letesse

Le plus intéressant souligne Francis Aurières, c'est d'avoir un registre des accidents. C'est le cas au Grand-Bornand, nous montre le responsable du parc. "Heure à laquelle ça s'est passé, qui est intervenu sur le secours" détaille le professionnel mais surtout : le lieu de l'accident. "Ça peut nous permettre au fur et à mesure de voir s'il y a des collisions au même endroit et donc de se demander, s'il n'y a pas un problème dans ce qu'on fait". Visiblement pour l'instant au Grand-Bornand : tout va bien.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu