Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sports, musique, agriculture : quand le crowdfounding finance des projets très divers

mardi 6 mars 2018 à 4:09 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

A l'occasion du lancement de la campagne du financement participatif de l'Arbre aux Hérons, France Bleu Loire Océan se penche sur ce mode de collecte d'argent de plus en plus prisé.

Un exemple de financement participatif qui a fonctionné à 184%. (capture d'écran Ulule)
Un exemple de financement participatif qui a fonctionné à 184%. (capture d'écran Ulule) -

Nantes, France

"Le marché du crowdfounding double tous les ans" confie Frédéric Deruet, co-fondateur de la plateforme de financement participatif  consacrée exclusivement aux projets de personnes en situation de handicap Humaid. Le Nantais est l'un des tout premiers dans le département à s'être lancé. Depuis sa création en 2015 Humaid a permis de financer 50 projets sur 53. 

Le chanteur Grégoire a financé son premier disque grâce au crowdfounding

Les plateformes participatives existent en France depuis plus de 10 ans. La toute première : dans le domaine de la musique, My Major Company a permis au chanteur Grégoire de percer. Aujourd'hui on retrouve des plateformes participatives dans des domaines très variés. Agricole par exemple : deux maraîchers Nazairiens qui veulent élever des chèvres cherchent 15 000 euros, ils le font savoir sur la plateforme MIIMOSA.

Le financement participatif comme nouvelle façon de lever des fonds

Autre exemple de crowdfounding qui a porté ses fruits : le jeune magazine "les autres possibles". Ses bureaux sont rue de Coulmiers à Nantes. Créé en décembre 2016, c'est un journal mensuel, il  traite des innovations durables et solidaires en Loire-Atlantique. Pour démarrer, il avait besoin de 6000 euros, il en a collecté 12 000 ! Deux fois plus. Grâce à Ulule

Ça a été un énorme coup de pouce. Parce que ça nous a permis de récolter des fonds pour se lancer, à peu près de quoi tenir un an pour l'impression et puis surtout ça nous a fait connaître auprès des Nantais." - Marie Bertin, rédactrice-en-chef 

Le sport et l'immobilier aussi

Les sites consacrés au financement de projets sportifs sont très nombreux. En voici quelques-uns : Fosburit, Sponsoriseme.

Mais "le gros essor c'est l'immobilier" précise Frédéric Deruet. "C'est une façon de placer son argent pour que ça fasse des petits". En fait, "vous devenez promoteur".

Aujourd'hui c'est au tour d'un projet à la fois culturel , touristique et urbanistique de solliciter votre argent. C’est ce mardi 5 mars que le financement participatif de l'Arbre aux Hérons de Nantes est lancé.  Sur la plateforme kickstarter. Objectif : collecter au minimum 100 000 euros en 7 semaines (jusqu'au 22 avril). Les contributeurs peuvent verser de 2 à 1 000 euros.  En contrepartie ils recevront dessins, photos, titres de copartage personnalisé, etc.