Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Stationnement illégal des gens du voyage : le maire de Donnery, excédé, démissionne

mardi 7 août 2018 à 17:05 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

4 campements illégaux de gens du voyage sur la commune de Donnery en 4 mois : le maire (DVD) Daniel Chaufton a décidé de démissionner pour exprimer son ras-le-bol. Avec en arrière-plan, toujours le problème qu'il n'y a pas d'aire de grand passage dans le Loiret.

Daniel Chaufton, le maire de Donnery, à la sortie de la préfecture du Loiret, ce mardi matin, où il a remis sa démission.
Daniel Chaufton, le maire de Donnery, à la sortie de la préfecture du Loiret, ce mardi matin, où il a remis sa démission. © Radio France - François Guéroult

Donnery, France

"C'est un sentiment d'impuissance et d'amertume", résume Daniel Chaufton. Le maire de Donnery (2 800 habitants) a remis ce mardi matin en préfecture sa démission pour exprimer son ras-le-bol dans le dossier des gens du voyage. Car depuis le printemps, les installations illégales sur sa commune, située à l'Est d'Orléans, se multiplient ; mais tant que ne seront pas construites les aires de grand passage dans le Loiret, le problème est insoluble...

Pas d'aire de grand passage avant 2020

Depuis dimanche, une centaine de caravanes se sont installées sur le terrain de football de Donnery : c'est la quatrième fois en quatre mois. "Pour peu qu'au moment de la chasse, il y ait un autre groupe, la population ne comprendra plus. Les infrastructures se trouvent détériorées, c'est très compliqué à gérer, et là, j'avoue que c'est devenu très difficile à expliquer aux habitants, qui sont excédés. Je n'ai pas envie de voir des affrontements, c'est aussi ce que je crains, avec des chaleurs comme ça."

Impuissance car la procédure d'expulsion nécessite au moins une semaine et qu'elle n'est pas toujours accordée par la justice... Car le Loiret, aussi, est dans l'illégalité : les aires de grand passage, obligatoires depuis 2000, n'ont été choisies qu'en avril dernier par la préfecture et le conseil départemental - St Cyr-en-Val, Meung-sur-Loire et Nevoy -elles ne verront pas le jour avant 2020... C'est aussi pour accélérer ce calendrier que Daniel Chaufton démissionne : "Si cette démission pouvait faire avancer ce projet des 3 grandes aires de passage, tant mieux ! Je pense qu'il y a d'autres collègues maires qui en ont ras-le-bol aussi, Donnery n'est pas isolée dans ce cas." Le maire (PS) d'Ingré Christian Dumas a d'ailleurs écrit au Premier Ministre, le 18 juillet dernier, pour que soient raccourcis les délais de la procédure d'expulsion.

La démission n'est pas encore définitive

Désormais, le préfet a un mois pour accepter ou non la démission du maire de Donnery. En cas de refus, Daniel Chaufton peut revenir sur sa décision ou au contraire confirmer sa démission par lettre recommandée. Pour l'instant, il ne dit pas si sa décision est irrévocable : "C'est trop tôt pour le dire, on verra selon ce que le préfet fera. Mais il y a encore des choses à faire sur la commune, c'est certain. Et puis je reçois déjà beaucoup de messages d'habitants qui me disent "Ben non, faut pas démissionner !" On verra..." Interview à écouter ici :

"Bon nombre de maires sont excédés par ce problème dans le Loiret" - Daniel Chaufton