Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Stop à la violence ! " : le message des foulards rouges aux gilets jaunes

mercredi 5 décembre 2018 à 18:55 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Le mouvement est né dans le Vaucluse il y a quelques jours. Sa page Facebook compte aujourd'hui plus de 20.000 membres, dont plusieurs milliers dans le Gard. Ils demandent que les barrages des gilets jaunes soient levés. Ils redoutent surtout de nouvelles violences ce samedi.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Sylvie Duchesne

Gard, France

" Stop à la violence ! ". C'est le message véhiculé depuis plusieurs jours par le mouvement des "foulards rouges". Plus de 20.000 personnes ont déjà rejoint leur groupe Facebook dont plus de 3.000 dans le Gard. " 80% d'entre elles sont d'anciens gilets jaunes" assure Ricardo, l'un de leurs porte-paroles. Des Français de tous bords et de tous milieux qui redoutent surtout de nouvelles violences à l'occasion des manifestations qui seront organisées ce samedi.  

"On veut que les Français comprennent que ce n'est pas par la violence que le pays peut avancer. Ce n'est pas en prenant les gens en otage que le pays peut avancer. Si on est citoyen et qu'on arrive à parler entre nous, qu'on arrive à mener des actions pacifiques, il n'y aurait pas eu tout ce qu'il y a ."

Ricardo, l'un des porte-paroles des foulards rouges

Les "foulards rouges" assurent être eux aussi contre les taxes mais rejettent les moyens employés par les gilets jaunes. Ils dénoncent notamment ce qui s'est passé à Paris le 1er décembre et craignent que les manifestations ne soient plus violentes ce samedi.  

"Si des millions de Français défilaient samedi, comme on a défilé tous ensemble après les attentats, si on avait le même mouvement national, pacifique, et qu'on demandait de stopper les hausses de taxes, Emmanuel Macron nous entendrait peut-être."

"Il faut défiler pacifiquement comme on l'a fait après les attentats"

Les représentants des foulards rouges ont décidé de rencontrer les maires et les députés dans les départements où ils sont implantés.  Ils leur demandent d'affirmer publiquement qu'ils sont contre les manifestations de samedi. Le seul moyen disent-ils d'éviter que la France ne s'embrase.