Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Strasbourg : 600 manifestants du Grand-Est défilent pour l'acte 52

La manifestation régionale à Strasbourg marquait l'acte 52 de la mobilisation des gilets jaunes, quasiment un an de mobilisation. Environ 400 personnes ont défilé dans les rues de la ville avec un slogan retentissant pour les passants : "Ne nous regardez-pas, rejoignez-nous."

600 gilets jaunes du Grand-Est ont défilé à Strasbourg pour l'acte 52 le 9 novembre 2019.
600 gilets jaunes du Grand-Est ont défilé à Strasbourg pour l'acte 52 le 9 novembre 2019. © Radio France - Solène de Larquier

Strasbourg, France

La manifestation a duré jusqu'en fin d'après-midi à Strasbourg où 600 personnes ont défilé. Tout au long de cet acte 52, les gilets jaunes venus de Roppenheim, de Mulhouse ou encore de Sarreguemines en Moselle ont tonné leurs chants. Aux côtés des slogans habituels ont retenti des "Ne nous regardez-pas, rejoignez-nous." Un slogan repris à chaque fois que les passants s'arrêtaient ou prenaient des photos au passage du cortège. "Parce qu'on nous regarde un peu comme des sauvages alors que ça concerne tout le monde", explique Alicia, mégaphone à la main. "Du soutien on a en, mais on a besoin d'une présence" ajoute la jeune Mulhousienne. 

Il est vrai que cet acte 52, annoncé comme manifestation régionale, a rassemblé 600 personnes, c'est plus que la dernière mobilisation strasbourgeoise mais moins que les grandes manifestations qu'a pu connaître l'Alsace avec plusieurs milliers de gilets jaunes. Les manifestants eux-mêmes le reconnaissant : "Ça s’essouffle un peu." L'un d'eux, Bernard, venu de Soultz-sous-Forêts, contextualise : "Le mouvement existe encore au bout d'un an, c'est déjà une bataille de gagné" avant de reprendre plus pessimiste "mais je m'attendais à voir 2000 personnes aujourd'hui, quand je vois qu'on est que 400 [au départ de la manifestation, ndlr], je me demande ce qu'on a mal fait ou pas fait", regrette cet irréductible du rond-point de Roppenheim. Une gilet jaune mosellane pointe du doigt le rôle de la police selon elle : "Moi j'ai déjà été gazée en manifestation, j'ai même fini à terre une fois. Les gens ont peur maintenant", affirme Brigitte, originaire de Sarreguemines.

Quelques tensions avec les forces de l'ordre, plusieurs blessés

A part des pétards régulièrement lancés, le cortège a défilé de la place de l'étoile jusqu'au Conseil de l'Europe (avant de revenir à leur point de départ) en passant dans le centre-ville dans un calme relatif. A partir du moment où certains manifestants ont voulu pénétrer sur la place Kléber, des tensions ont éclaté avec les forces de l'ordre. Plusieurs gilets jaunes ont été légèrement blessés, au moins deux selon les constatations de la reporter de France Bleu Alsace sur place. Tous ont été pris en charge par les street medics (les pompiers n'étant pas intervenus, il n'y a pas de décompte officiel). La préfecture déclare de son côté plusieurs dégradations "peu importantes" et cinq interpellations. Les manifestants se sont dispersés vers 18h30. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu