Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Strasbourg : collégiens et sans-abris

lundi 4 décembre 2017 à 19:01 - Mis à jour le lundi 4 décembre 2017 à 21:39 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Alors que les températures ont chuté et que la neige a fait son apparition, des familles arméniennes avec plusieurs enfants dorment dans la rue à Strasbourg. Des places d'hébergement d'urgence sont ouvertes par la préfecture mais ce n'est apparemment pas suffisant.

Des familles ne trouvent pas d'hébergement d'urgence à Strasbourg (illustration).
Des familles ne trouvent pas d'hébergement d'urgence à Strasbourg (illustration). © Maxppp - Lionel Vadam

Strasbourg, France

Cinq familles arméniennes, une quinzaine d'enfants dorment dans la rue à Strasbourg ou dans des voitures en ce début du mois de décembre. Les enfants sont scolarisés depuis trois ou quatre ans en France. Parmi eux, trois collégiens de la Meinau, dont certains sont hébergés par l'un de leurs professeurs. Quand ils appellent le 115, on leur oppose le plus souvent une fin de non-recevoir, faute de places.

Des collégiens SDF à Strasbourg.

"On est tous dehors, il neige, c'est l'hiver", explique G., 13 ans, à son interlocutrice du 115, mais rien n'y fait. "En été, on était sous la tente, mais là on est dans une voiture. On la fait tourner presque toute la nuit pour mettre le chauffage, mais après il faut payer le diesel".

"C'est difficile de faire les devoirs dans une voiture"

A. lui est en 3e, il est le meilleur élève de sa classe, mais "si je rate le brevet, c'est comme si j'avais fait tout ça pour rien. En plus, travailler dans une voiture ce n'est pas pratique de faire les devoirs".

264 places d'hébergement d'urgence en plus

Face à cette situation, la préfecture du Bas-Rhin précise ce lundi que "264 places d’hébergement d’urgence exceptionnelles et temporaires en structure collective" peuvent être ouvertes dans le cadre du plan hivernal, qui couvre la période du 1er novembre 2017 au 31 mars 2018. Elles s'ajoutent au 8.476 places habituellement disponibles dans le Bas-Rhin.