Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Strasbourg : l'université met en place un dispositif de lutte contre le harcèlement

dimanche 23 septembre 2018 à 4:35 Par Wyloen Munhoz-Boillot, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

L'université de Strasbourg lance un dispositif de lutte contre le harcèlement à la fac. L'objectif est de sensibiliser les étudiants et de permettre aux victimes d'être prises en charge.

L'université de Strasbourg a mis en place un dispositif de lutte contre le harcèlement sexuel, les violences sexistes et homophobes.
L'université de Strasbourg a mis en place un dispositif de lutte contre le harcèlement sexuel, les violences sexistes et homophobes. © Maxppp - Belloumi

Strasbourg, France

Depuis la rentrée, l'université de Strasbourg a mis en place un dispositif de lutte contre le harcèlement à la fac. 

Selon Isabelle Kraus, en charge de l'égalité hommes-femmes à l'université ,"_il y a eu quelques cas de harcèlement par le passé_. Entre étudiants, mais aussi un cas entre un enseignant et un étudiant".

Pour prévenir ce genre de situation, un dispositif a été mis en place. L'objectif : lutter contre le harcèlement et les violences sexistes et homophobes. 

Une équipe de spécialistes a été mise en place

"Nous avons créé une page dédiée sur le site internet de l'université avec des définitions pour permettre de bien comprendre de quoi on parle. Et en parallèle, nous avons créé une adresse électronique ouverte aux étudiants, mais aussi au personnel de l'université", complète Isabelle Kraus. 

Une équipe constituée de médecins, d'assistantes sociales et d'une psychologue, tous formés à l'aide aux victimes, s'engage à répondre aux mails sous 48 heures. 

"Ils sont là pour écouter, renseigner la victime et si elle le souhaite, l'accompagner et lui faire connaitre les procédures possibles pour faire remonter l'information à l'établissement", explique Isabelle Kraus. 

Et pour compléter ce dispositif, une campagne d'affichage est menée dans 35 établissements universitaires strasbourgeois.