Société

À Strasbourg, la course aux fournitures scolaires est lancée

Par Romane Porcon, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu mardi 16 août 2016 à 5:00

Dans un supermarché à Hautepierre, certains parents ont pris les devants pour éviter le rush de fin août
Dans un supermarché à Hautepierre, certains parents ont pris les devants pour éviter le rush de fin août © Radio France - Romane Porcon

Deux semaines avant la rentrée, certains parents se lancent dans l'achat des fournitures scolaires à Strasbourg. À partir de jeudi, l'allocation de rentrée scolaire sera versée et les rayons seront bondés. Des achats qui sont une véritable épreuve pour les vendeurs comme pour les parents.

À Strasbourg, dans un supermarché de Hautepierre certains parents sont venus faire leurs achats avant le rush du 18 août. Les rayons ne sont pas encore bondés, mais cela ne devrait pas tarder car à partir de jeudi, l'allocation de rentrée scolaire sera versée. Une aide entre 363 et 393 euros qui permet aux parents aux revenus modestes d'acheter le cartable et autres fournitures.

Trois semaines pour préparer les rayons

Pour faire face à la venue de toutes ces familles, trois semaines de préparation ont été nécessaires pour les équipes du supermarché de Hautepierre. Olivier Shultz, responsable du rayon rentrée a lui-même élaboré des plans pour donner une place à chaque article. Alors que dans l'année un seul rayon est destinée aux fournitures, cinq rayons ont été réservés dans cette période de forte affluence.

"On est dans une période de préparation, de remplissage. On fait en sorte que les rayons soient au maximum remplis et bien balisés pour que tous les clients trouvent les produits qu'ils recherchent", explique le chef de rayon.

15 saisonniers ont été embauchés cet été pour gérer le rayon fournitures  - Radio France
15 saisonniers ont été embauchés cet été pour gérer le rayon fournitures © Radio France - Romane Porcon

Virginie et Ouafa, deux mamans habituées à ce type d'exercice, ont préféré faire leurs courses de rentrée entre amies. "C'est chouette, on s'est dit vaut mieux entre nous qu'avec les enfants. Sinon c'est maman toutes les 30 secondes et le chariot se remplirait tout seul. Je crois qu'on aurait des trucs dont on aurait même pas besoin."

Les parents gèrent le gros des achats pendant que les enfants choississent leur sac à dos  - Radio France
Les parents gèrent le gros des achats pendant que les enfants choississent leur sac à dos © Radio France - Romane Porcon

Si les enfants ont le choix de l'agenda et du sac, Virginie et Ouaffa doivent gérer tout le reste. Ouaffa en est sûre elle devra revenir: "On vient une fois pour le plus gros, on rentre à la maison à tête reposée pour voir ce qu'il nous manque. On n'a pas prévu d'oublier, on pense l'avoir pris et en fait il est tombé ou on l'a mis dans le mauvais chariot, sans compter les produits qui sont en rupture de stock".

Un budget prévu à l'avance

Avec chacune deux enfants, les deux mamans ont prévu leur budget à l'avance, avant même de partir en vacances. Virginie n'a pas le choix: "Parce que les promotions sur les affaires scolaires sont avant le 18 août et les allocations arrivent le 18." Ouafa aimerait pourtant faire plaisir à ses enfants mais elle n'y arrive pas : "Franchement c'est horrible pour les mamans parce qu'on a envie d'acheter des bonnes choses mais tout est cher, tout a augmenté. Même le prix d'une gomme c'est cinquante centimes, alors qu'à l'époque c'était beaucoup moins que ça. On a beau avoir l'allocation scolaire ça ne couvre pas tout".

Pour Virginie et Ouaffa, la colle est l'article le plus cher, il faut compter cinq euros pour un paquet de cinq tubes de colle - Radio France
Pour Virginie et Ouaffa, la colle est l'article le plus cher, il faut compter cinq euros pour un paquet de cinq tubes de colle © Radio France - Romane Porcon

Virginie et Ouaffa n'ont pas hésité à acheter un paquet de feutres à 6 euros parce qu'il faut aussi donner envie aux enfants de travailler à l'école.