Société

Strasbourg : le début de la fin des barquettes en plastique dans les cantines

Par Olivia Chandioux, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 14 novembre 2017 à 19:37

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Alexandre Parchi

Il y a un an, une centaine de parents d'élèves avaient interpellé le maire de Strasbourg, dénonçant l'utilisation de ces barquettes plastiques jetables et les perturbateurs endocriniens qu'elles contiennent. Cette semaine, l'école Louvois, a inauguré son nouveau restaurant "tout inox".

Finies les barquettes plastiques à l'école Louvois de Strasbourg. Depuis la rentrée des vacances de la Toussaint, l'école a inauguré sa cantine "tout inox", concrètement, la nourriture n'est plus livrée et réchauffée dans du plastique mais dans des plats en inox.

Il y a un an, une centaine de parents d'élèves avaient interpellé le maire de Strasbourg, dénonçant l'utilisation de ces barquettes plastiques jetables et les perturbateurs endocriniens qu'elles contiennent. Pour Michèle Kienz, diéteticienne et responsable qualité pour la ville de Strasbourg, cette mobilisation des parents a payé : "Pour mettre fin à toutes ces inquiétudes, nous avons préféré passer aux bacs en inox, mais cela nécessite une grosse organisation de la part de nos équipes, notamment du personnel de restauration."

Les élèves de maternelle de l'école Louvois ne mangent plus de la nourriture réchauffée dans des barquettes en plastique. - Radio France
Les élèves de maternelle de l'école Louvois ne mangent plus de la nourriture réchauffée dans des barquettes en plastique. © Radio France - Olivia Chandioux

Dans la cantine des maternelles, derrière un îlot central flambant neuf, Rachida et Slivani remplissent les assiettes. Pour eux, le tout inox c'est plus de boulot : "Avant on jetait les barquettes, maintenant il faut qu'on lave les plats en inox, et c'est pas facile parce que la nourriture accroche beaucoup, mais bon on fait avec !"

50% de repas dans des plats en inox d'ici 2019

La fin des barquettes en plastique demande plus de moyens. Alors la mise en place du tout inox va prendre du temps explique Michèle Kienz : "On s'est fixé deux objectifs, d'abord servir 50% de repas dans des plats en inox en 2019, et 100% des repas en 2021, si c'est possible." Chaque jour, 10 000 repas sont distribués dans les cantines strasbourgeoises.

"C'est un investissement important mais c'est indispensable en vertu du principe de précaution", Roland Ries, maire de Strasbourg