Société

Strasbourg : les femmes de forces de l'ordre dans la rue pour exprimer leur colère

Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu samedi 16 septembre 2017 à 15:23

Les "femmes des forces de l'ordre en colère" devant la place Kléber à Strasbourg
Les "femmes des forces de l'ordre en colère" devant la place Kléber à Strasbourg © Radio France - Yassine Khelfa

Les femmes de policiers, gendarmes, pompiers, militaires manifestent ce samedi. Un appel lancé par trois associations dans sept villes de France. Selon elles, un an après la grogne des policiers, "rien a changé" et les conditions de travail de leur compagnon sont toujours aussi pénibles.

Les femmes de policiers ont manifesté ce samedi après-midi depuis la place Kléber à Strasbourg. Comme à Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Lille, les associations demandent davantage de moyens pour la police. Elles ont été rejointes par les conjoint(e)s des gendarmes, militaires ou pompiers. Au total, une cinquantaine de manifestants, notamment des familles réunies parce que "sous chaque matricule il y a un être cher" explique le collectif "femmes de forces de l'ordre en colère"

"Un an après rien a changé"

Nous sommes presque un an après la grogne des policiers dans un contexte de menace terroriste et de violences policières. "Un contexte rendu encore plus difficile depuis l'affaire Théo " selon Roberta, une femme de gendarme mobile en Alsace.

Les forces de l'ordre sont des cibles potentielles, il faut que le gouvernement se bouge pour leurs hommes parce que ce ne sont pas des chiens !

Même si le gouvernement promet une enveloppe de 250 millions d'euros pour le budget des policiers, ces femmes n'y croient pas.

Dominique Dolle est déléguée fédérale de l'association "Honneur et patrie", maman de gendarme mobile, femme de militaire et souhaite manifester pour ceux qui portent l'uniforme parce que "c'est de pire en pire, le gouvernement sait très bien que celui qui va manifester sera mis à pied !"

Dominique est la déléguée fédérale de l'association "Honneur et patrie" pour la Région Grand Est - Radio France
Dominique est la déléguée fédérale de l'association "Honneur et patrie" pour la Région Grand Est © Radio France - Yassine Khelfa

Ces femmes demandent également davantage de soutien psychologique pour leur homme après les attentats, mais également pour toute la famille. Notamment pour "expliquer aux enfants ce que fait papa"