Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Strasbourg : une quarantaine de jeunes radicalisés pris en charge par la Maison des adolescents depuis 2015

mercredi 10 avril 2019 à 18:12 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

A Strasbourg, la Maison des Adolescents a pris en charge une quarantaine de jeunes radicalisés depuis 2015.

La Maison des adolescents à Strasbourg.
La Maison des adolescents à Strasbourg. © Radio France - Lucile Guillotin

Strasbourg, France

Alors que le comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation se tiendra à Strasbourg le jeudi 11 avril, la Maison des adolescents affirme avoir accompagnée une quarantaine de jeunes radicalisés depuis 2015.

"Ça a été très difficile d'entrer en contact avec eux au début" admet Delphine Rideau, la directrice de la Maison des adolescents à Strasbourg, "mais ça l'est moins aujourd'hui parce qu'on commence à comprendre un petit peu comment ça fonctionne, et il y a toujours des gens autour d'eux qui nous aident à entrer en relation. On commence à mieux savoir faire". 

Leurs propos nous font parfois saigner les oreilles" - Delphine Rideau, la directrice de la Maison des adolescents à Strasbourg

Dans chaque situation, le jeune est entouré de professionnels qui travaillent au sein de la Maison des adolescents : un psychiatre, un psychologue et un référent en religion. Le processus est très long pour observer un changement note Delphine Rideau : "ce ne sont pas des jeunes qui appellent à l'aide auprès de la puissance publique. Alors on peut parler de mouvement d'extrême droite ou de radicalisation religieuse, ce à quoi ils croient, ils sont vraiment convaincus que c'est la solution. C'est compliqué, vu les discours qu'ils tiennent, leurs propos nous font parfois saigner les oreilles. Ça nécessite de créer une relation de confiance, d'avoir avancer avec eux les pas dans les pas sans stigmatiser, ce qui est parfois difficile". 

La Maison des Adolescents à Strasbourg est très engagé dans la lutte contre la radicalisation. Depuis 2017, la structure pilote le réseau "Virage" dans le Grand Est qui accompagne les jeunes et les familles confrontés à ce problème.