Agriculture – Pêche

Suicide d'un agriculteur dans le Loiret

Par Anne Oger, France Bleu Orléans lundi 31 octobre 2016 à 16:21

Le drame a eu lieu à Préfontaines, une petite commune à l'est du Loiret
Le drame a eu lieu à Préfontaines, une petite commune à l'est du Loiret © AFP - Thomas Samson

Jeudi dernier un homme d'une cinquantaine d'années s'est donné la mort, sur sa ferme, à Préfontaines, au nord de Montargis. Son exploitation était en grande difficulté depuis plusieurs années. La Chambre d'Agriculture du Loiret a demandé à rencontrer le préfet en urgence.

Cet agriculteur de Préfontaines avait une quarantaine de vaches laitières, et environ 200 hectares de céréales. Depuis quelques années déjà les difficultés financières s'accumulaient. Comme beaucoup de ses collègues éleveurs laitiers, il travaillait très largement à perte : produire mille litres de lait lui coûtait 400 euros. Ces temps-ci, les mille litres, il les vendait moins de 300 euros. La culture des céréales devait permettre d'éviter la faillite, mais la récolte catastrophique cette année, a eu raison des derniers espoirs de cette famille. L'homme s'est suicidé avec son fusil.

Des dizaines de situations alarmantes

Ce qui inquiète Michel Masson, le président de la Chambre d'Agriculture du Loiret, c'est que des situations alarmantes, comme celle qui a conduit cet agriculteur de Préfontaines à commettre l'irréparable, il y en aurait quelques dizaines dans le Loiret. Et quelques centaines, dit-il, qui vont très mal. Il veut donc demander au préfet de faire passer le message auprès de la direction régionale de l'Agriculture : il faut être à l'écoute, et surtout éviter les contrôles inopinés dans certaines exploitations, là où les gens sont le plus en détresse.

Certains sont dans un tel désespoir qu'on ne peut que redouter un drame" - Michel Masson, président de la Chambre d'Agriculture

"Certains sont dans un tel désespoir" prévient Michel Masson, "qu'on ne peut que redouter un drame, qui pourrait se cristalliser autour de l'arrivée d'un inspecteur, ça c'est déjà produit par le passé, et c'est ce qui nous inquiète". Les situations les plus difficiles se concentrent sur l'est du Loiret, là où sont installés les éleveurs laitiers, loin d'être les plus nombreux dans le département. Mais les mauvaises récoltes de cet été ont touché tout le monde. On estime que les dégâts liés aux inondations du printemps ont coûté plus d'un milliard d'euros aux agriculteurs du Loiret.

Partager sur :