Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Suicide des agriculteurs : la pression économique, les dettes et l'agribashing

-
Par , France Bleu Maine

A l'occasion de la sortie ce mercredi sur les écrans du film "Au nom de la Terre", France Bleu Maine se penche sur le malaise du monde agricole. En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours selon les chiffres de la M.S.A., la Mutualité Sociale Agricole.

Le malaise des agriculteurs sujet du film "Au nom de la Terre"
Le malaise des agriculteurs sujet du film "Au nom de la Terre" © Radio France - Victor Vasseur

Le Mans, France

Le taux de suicide chez les agriculteurs est de 20 à 30 % supérieur au reste de la population. La pression économique est forte mais il n' y a pas que les résultats financiers qui poussent certains agriculteurs à commettre l'irréparable. " Ils sont confrontés à plusieurs types d'aléas" précise Georgette Rousselet, la présidente de la MSA Sarthe/Orne/Mayenne. " Il y a les aléas climatiques, les aléas du marché avec des pays étrangers qui produisent moins cher grâce ou à cause de salaires et de charges moins élevés qu'en France". S'ajoute à cela, la défiance d'une partie de la population à leur égard, qui considère parfois les agriculteurs comme des pollueurs voire des empoisonneurs. " Les agriculteurs sont régulièrement pointés du doigt, injustement. Et pourtant, ils sont soumis à des contrôles très stricts en matière d'environnement. Ils ont fait de gros efforts ces dernières années pour réduire l'utilisation de pesticides. Cette défiance occasionne un désarroi, une fatigue, voir un mal être qui peut pousser les agriculteurs au suicide".     

Georgette Rousselet, la présidente de la MSA Sarthe, Orne, Mayenne dénonce l'agribashing qui pousse certains paysans à commettre l'irréparable

Un agriculteur se suicide tous les deux jours selon les chiffres de la M.S.A.

Un sujet douloureux évoqué par le film Au nom de la Terre qui sort ce mercredi sur les écrans. Guillaume Canet incarne un éleveur-céréalier surendetté qui sombre dans la dépression et met fin à ses jours.

Un film France Bleu, soutenu aussi par la Mutualité Sociale Agricole qui a organisé une avant première mardi 17 septembre à Saint Calais. Dans la salle, il y avait beaucoup d'agriculteurs du secteur qui se sont reconnus dans cette histoire.  Pour éviter que les agriculteurs mettent fin à leur jour, la M.S.A. a mis en place depuis 2011 un réseau de sentinelles. "La M.S.A. forme ses salariés, ses techniciens qui interviennent sur le terrain auprès des agriculteurs , dans les coopératives, pour qu'ils puissent détecter les signes avant-coureurs" explique Georgette Rousselet. " Ensuite, il y a un signalement qui permet à des psychologues et des professionnels de prendre le relais. Plus on va détecter tôt ces signes de mal être, plus la famille sera prise en charge en terme d'écoute".  La mutualité a ainsi mis en place des cellules pluridisciplinaires de prévention. Elle forme aussi un délégué par canton pour qu'il puisse détecter rapidement les situations à risque. 

La MSA a mis en place un réseau de sentinelle pour détecter très tôt le mal être des agriculteurs

Autre outil : le service d'écoute téléphonique ouvert par la M.S.A. en 2014 :  Agriécoute (09 69 39 29 19). Un numéro vert accessible 24h/24 et 7j/7. Il a reçu 346 appels par mois entre juillet et décembre 2018. 83% des appels proviennent des agriculteurs eux-mêmes "ce qui aurait tendance à montrer que le suicide dans le monde agricole est un sujet de moins en moins tabou" selon Georgette Rousselet. 

Agri écoute, un numéro pour les agriculteurs qui souhaitent confier leur problèmes

Choix de la station

France Bleu