Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Suicides en hausse dans l'ex-Basse-Normandie, les filles appellent le plus SOS Amitiés Caen

Ce mardi est la journée mondiale de prévention du suicide. Chaque année en France, 9 000 personnes mettent fin à leurs jours. Un chiffre en baisse sauf dans l'ex-Basse-Normandie. Les bénévoles de SOS Amitié Caen répondent à 8 000 appels par an. Ils cherchent à renforcer leurs équipes.

Gérard Massot, président de SOS Amitié Caen
Gérard Massot, président de SOS Amitié Caen © Radio France - Jean-Baptiste Marie

Caen, France

Chaque année, le 10 septembre est la journée mondiale de prévention du suicide. Le passage à l'acte n'est pas une fatalité et peut être évité estime l'association SOS Amitié. Cette dernière recherche 500 bénévoles pour écouter ceux qui ont besoin de parler. 9 000 personnes se suicident par an en France. Un nombre en légère baisse au niveau national, mais pas en Basse-Normandie "notamment dans la Manche, explique Gérard Massot le président de SOS Amitié Caen. Les agriculteurs sont particulièrement touchés."

Le suicide est aussi la première cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans. "Le nombre de tentatives de suicide n'est pas comptabilisé, précise en outre Gérard Massot. En particulier chez les filles. Ce sont elles qui nous contactent le plus, notamment à travers notre tchat." Un service accessible de 13h à 3h du matin, en plus "de notre site internet et de notre page Facebook." L'antenne caennaise de l'association (30 bénévoles) répond à plus de 8 000 appels par an. "Et encore, nous ne pouvons répondre qu'à un appel sur quatre. Trois personnes attendent donc de nous joindre." 

De plus en plus d'appels

Si le nombre de suicide diminue en France, le nombre d'appels à SOS Amitié augmente. L'association recrute donc des bénévoles qui sont ensuite formés sur six mois. Une formation théorique et pratique pour guider les écoutants jusqu'à la prise en charge autonome des personnes qui appellent. "On les forme notamment sur les nouvelles problématiques que rencontre la jeunesse : le harcèlement à l'école, la scarification, le cyber-sexe..." détaille le président de SOS Amitié Caen. 

Une antenne de SOS Amitié dans la Manche

La structure cherche d'ailleurs à se développer dans le département de la Manche. "On souhaite s'y installer car il y a un bassin de bénévole important notamment sur Cherbourg. Et venir jusqu'à Caen pour écouter la nuit, c'est compliqué, et nos locaux caennais commencent à être à l’étroit. On devrait s'installer à Saint-Lô, le maire est partant."

Gérard Massot, président SOS Amitié Caen, invité de France Bleu Normandie

Choix de la station

France Bleu