Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Suippes : un concours pour récompenser les meilleurs chiens militaires de France

mardi 2 octobre 2018 à 23:08 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Champagne-Ardenne

C'est le meilleur ami de l'homme. C'est aussi le meilleur partenaire des militaires : le toutou est à l'honneur cette semaine à Suippes. Le championnat national du chien militaire est organisé, comme chaque année, par le 132ème bataillon cynophile de l'Armée de Terre.

A Suippes, près de 150 binômes (chien/maître-chien) s'affrontent sur cinq jours pour décrocher le titre de champion de France.
A Suippes, près de 150 binômes (chien/maître-chien) s'affrontent sur cinq jours pour décrocher le titre de champion de France. © Radio France - Lucas Valdenaire

Suippes, France

Sur le grand terrain de la base militaire du 132ème bataillon cynophile de Suippes, le face à face s'engage : à gauche, un militaire dans sa combinaison rembourrée, à droite, un berger belge prêt à en découdre. 

De l'autre côté de la barrière, Benoît décrit la scène. Avec son jeune chien, il doit passer son brevet de patrouille avant de partir en mission en Liban. "Dans cette épreuve de dressage, il y a un assaillant. Le maître-chien lâche le chien pour le neutraliser. Mais au coup de sifflet, le chien doit s'arrêter. S'il ne le fait pas, on lui enlève des points". 

Près de 150 binômes (chien et maître-chien) sont évalués dans plusieurs disciplines. Les meilleurs d'entre eux seront récompensés ce vendredi 5 octobre. - Radio France
Près de 150 binômes (chien et maître-chien) sont évalués dans plusieurs disciplines. Les meilleurs d'entre eux seront récompensés ce vendredi 5 octobre. © Radio France - Lucas Valdenaire

Des bêtes de concours

Dans le rôle de l'assaillant : le caporal-chef Jean-François, en nage sous sa combinaison. Un exercice obligatoire, éprouvant et risqué. "Voir un chien qui arrive à je ne sais combien de kilomètres/heures sur soi, c'est vrai que ça fait peur," confie-t-il.

"On a toujours des bleus, de gros hématomes. Malgré la combinaison, les dents du chien passent quand même. Mais on finit par s'habituer."

Dans ce championnat national, il y a plusieurs épreuves : le dressage mais aussi le pistage, la patrouille ou encore l'intervention. Parmi ceux qui analysent l'obéissance et le mordant du chien, il y a Walter, membre du jury. "Chaque épreuve est noté sur un certain nombre de points, détaille le maître-chien. On vérifie tout : si le chien est bien en position, si le maître ne fait pas de gestes parasitaires."

Une épreuve de détection d'explosifs est ouverte cette année aux autres ministères (douanes, policiers, agents pénitentiaires) - Radio France
Une épreuve de détection d'explosifs est ouverte cette année aux autres ministères (douanes, policiers, agents pénitentiaires) © Radio France - Lucas Valdenaire

Des mordus, des passionnés 

Les épreuves se succèdent pendant cinq jours. Ce vendredi 5 octobre, place aux récompenses avec un titre de champion de France décerné dans chaque catégorie. Pour Walter, c'est une consécration :

"Toute l'année on s'entraîne rien que pour ça : pour devenir champion de France. C'est le but ultime."

"Cela reste un championnat de France, ajoute Benoît. Si on veut comparer avec le football, une équipe sacrée championne de France est contente. Là, c'est pareil."

"Pour en arriver à ce niveau de dressage, c'est un travail qui demande énormément de temps et de travail. Là, on a les meilleures Français qui se retrouvent. Le fait de remporter la coupe, c'est très valorisant."

Il s'agit donc d'un titre de prestige qui suit le militaire durant toute sa carrière. Il s'agit également d'une reconnaissance : celle d'un d'un savoir pratique, de compétences indispensables sur le terrain. "Ne serait-ce qu'envoyer un chien en reconnaissance dans une maison. En disant au chien "Allez hop", il saute par la fenêtre et il peut ensuite remplir sa mission."

"Notre métier, c'est l'amour du chien, le travail du chien, rappelle Benoît. Le matin on se lève et on va travailler le chien, c'est vraiment un métier de passionnés."

Le 132ème bataillon cynophile achète environ 300 chiens par an pour les trois corps d'armée. - Radio France
Le 132ème bataillon cynophile achète environ 300 chiens par an pour les trois corps d'armée. © Radio France - Lucas Valdenaire

Des concurrents qui ont du flair

Une nouvelle épreuve a fait son apparition cette année : la détection de produits explosifs. Elle est ouverte aux militaires mais aussi aux policiers, aux douanes et aux agents pénitentiaires comme Maxime, accompagné de sa chienne de 5 ans appelée Isis. Ce maître-chien est membre de la DISP (Direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris) : "On travaille dans les prisons partout en France mais aussi sur des missions de police. On a fait le Congrès à Versailles pour le Président de la République. On a également fait les championnats du monde de handball." 

"La fierté, c'est de servir son pays, d'être utile à la société. Dans le contexte actuel terroriste, c'est quelque chose de très satisfaisant."

Une dernière particularité cette année : le 132éme bataillon cynophile de Suippes a invité d'autres nations pour assister au concours. L'Allemagne, les États-Unis ou encore le Liban sont de la partie. Le 132ème BCAT de Suippes est aujourd'hui considéré comme une référence : une maison-mère de la cynotechnie en France et dans le monde. Chaque année, il achète près de 300 chiens avant de les distribuer aux différents corps d'armée français et internationaux.