Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sur la plage de Léry-Poses : "C'est difficile, à trois ou quatre sauveteurs, de surveiller tout le monde "

vendredi 13 juillet 2018 à 7:03 Par Valentine Joubin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Depuis le début de l'été, 121 personnes sont mortes en se noyant dont 50 par accident. Autour des bases de loisirs, les maîtres-nageurs essaient, tant bien que mal, d'alerter les parents sur les risques liés à la baignade. Reportage à Léry-Poses dans l'Eure.

La présence permanente d'un maître-nageur rassure les parents.
La présence permanente d'un maître-nageur rassure les parents. © Radio France - Valentine Joubin

Poses, France

La France a enregistré 121 cas de mort par noyade entre le 1er juin et le 5 juillet, soit en moyenne un peu plus de trois morts par jour selon une enquête de l'agence sanitaire Santé publique France. Un peu moins de la moitié (50) de ces décès sont des accidents. Ces noyades accidentelles ont eu lieu, principalement, en mer (36%), en cours d'eau (32%) et en plan d'eau (12%). Un constat inquiétant qui rend d'autant plus essentiel le travail de prévention réalisé par les maîtres-nageurs-sauveteurs. A la base de loisirs de Léry-Poses, dans l'Eure, les parents ont d'ailleurs tendance à se reposer sur eux.

C'est rassurant d'avoir des maîtres-nageurs. Ils sont à l’affût plus que nous.

Les tous petits barbotent au bord de l'eau, les plus grands nagent, s'amusent un peu plus loin et entre les deux, plusieurs groupes de jeunes femmes les observent. "On fait un périmètre de sécurité à trois mamans", s'amuse Julie qui n'envisage pas de rester sur sa serviette, "même s'ils ont pied, il y a toujours un risque".  Amélie est elle aussi vigilante mais,"c'est rassurant d'avoir des maîtres nageurs. Ils sont à l’affût plus que nous".

"On fait une barrière de sécurité", disent les mamans occupées à surveiller leurs enfants. - Radio France
"On fait une barrière de sécurité", disent les mamans occupées à surveiller leurs enfants. © Radio France - Valentine Joubin

Ses brassards étaient trop grands, il était en train de se noyer

Ce mercredi après-midi justement, Luc, l'un des quatre maître-nageurs présents a sauvé un enfant juste à temps, "un petit de trois, quatre ans, il est allé un peu trop loin et comme ses brassards étaient trop grands, il était en train de se noyer". La maman n'était pas loin dit-elle mais tout s'est passé très vite, "je regarde son frère et je tourne la tête, il est sur le dos. Il m'a dit maman, maman!". Plus de peur que de mal "heureusement le monsieur est là".

.Chaque plage de Léry-Poses est surveillée par trois ou quatre maîtres-nageurs-sauveteurs. - Radio France
.Chaque plage de Léry-Poses est surveillée par trois ou quatre maîtres-nageurs-sauveteurs. © Radio France - Valentine Joubin

C'est difficile à trois ou quatre sauveteurs de surveiller tout le monde

Le problème estime justement Luc, c'est que les parents ont trop tendance à se reposer sur les maîtres nageurs. "Comme c'est une plage surveillée, il pense qu'on sert à ça. Ils restent sur leur serviette. Mais quand il y a mille ou trois mille personnes c'est difficile, avec trois ou quatre sauveteurs, de surveiller tout le monde". Il y a aussi les gens qui le soir ont beaucoup bu et ne savent plus si bien nager ou qui ont passé la journée à bronzer et se jettent à l'eau sans aucune précaution.