Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Surgères : des agriculteurs montent leur unité de méthanisation pour transformer le fumier en gaz vert

jeudi 8 novembre 2018 à 15:40 Par Charlotte Jousserand, France Bleu La Rochelle

Ces agriculteurs vont transformer le fumier et des sous-produits agricoles en gaz. Grâce au raccordement au réseau GRDF, ils vont pouvoir couvrir 25% des besoins en gaz des Surgériens.

L'unité de méthanisation de Surgères devrait fonctionner à partir du début de l'année 2020. Photo d'illustration
L'unité de méthanisation de Surgères devrait fonctionner à partir du début de l'année 2020. Photo d'illustration © Maxppp - Elise Chiarri

Surgères, France

L'idée est née il y a 5 ans dans la tête de Thierry Bourret, agriculteur à Saint-Pierre d'Amilly, à côté de Surgères. Ce céréalier est obligé d'alterner ses cultures avec des plantations obligatoires pour nettoyer les sols : "C'est dommage de faire ces productions et de ne pas les utiliser". Thierry Bourret a réussi à convaincre une vingtaine d'agriculteurs, principalement des éleveurs, de le rejoindre dans Aunis Biogaz, le nom de ce projet d'unité de méthanisation.

Le principe est simple, récupérer le fumier, le lisier, les cultures obligatoires et les "déchets" verts produits à moins de 15 kilomètres de Surgères et les enfermer dans un "digesteur" pour qu'ils fermentent. A l'issue de ce processus naturel, est produit du biogaz, du gaz vert mais aussi un engrais inodore, appelé digestat. Ce qui permet, explique Thierry Bourret de moins utiliser d'engrais chimiques et "de diminuer aussi nos achats d'engrais style azote, phosphore et potasse". 

Du biogaz pour alimenter les Surgériens dès 2020

Les travaux de l'unité de méthanisation commence en janvier prochain et ils devraient se terminer douze mois plus tard, en janvier 2020, dans le parc d'activité de la Combe. Mais si ce groupe d'agriculteurs a investi près de 8 millions d'euros pour construire cette unité de méthanisation, en partenariat avec la Région et avec l'Ademe, c'est aussi parce que le gaz produit sera vendu. Thierry Bourret espère pouvoir rembourser l'emprunt d'ici 12 ans et "d'avoir un revenu environ de 10% du chiffre d'affaire total". Ce gaz produit par l'unité de méthanisation est une énergie verte et renouvelable. 

GRDF va distribuer le biogaz des agriculteurs 

GRDF et le groupement d'agriculteurs ont signé une convention. Le distributeur de gaz s'engage à acheminer le biogaz jusque dans les foyers surgériens. La production de gaz va pouvoir couvrir 25% du gaz consommé à Surgères que ce soit par les particuliers ou bien par les entreprises. 

GRDF estime que sa part de biogaz peut atteindre très vite les 5% du gaz distribué et cela peut même aller plus vite pour Thierry Grangetas, directeur de GRDF dans le Sud-Ouest : _"L'objectif de 10% de gaz vert est parfaitement atteignable bien avant 2028 tel que c'est fixé dans la loi. GRDF est partisan de dire que 30% de gaz vert en 2030 c'est réaliste, et  _près de 100% de gaz vert en 2050 c'est tout à fait réaliste par rapport au potentiel qui existe, notamment en Nouvelle-Aquitaine". Actuellement, GRDF suit de très 130 projets d'unités de méthanisation dans la région Nouvelle-Aquitaine