Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Surmenage, sous-effectif : en Corse aussi certains personnels d’EHPAD sont « à bout » !

mardi 30 janvier 2018 à 16:40 Par Hélène Battini et Christophe Giudicelli, France Bleu RCFM

#Balance ton EHPAD, le hashtag a fleuri ce mardi sur les réseaux sociaux à l'occasion d’une journée de mobilisation nationale. Une grève, peu suivie en Corse, mais qui a le mérite de mettre en évidence les manquements et le manque de moyens dans certains établissements.

Surmenage, sous effectifs : en Corse aussi les personnels d’EHPAD sont « à bout » !
Surmenage, sous effectifs : en Corse aussi les personnels d’EHPAD sont « à bout » ! © Maxppp - maxppp

Corse, France

Une AMP, Aide médico psychologique, d'un EPHAD insulaire s'est confiée de façon anonyme sur RCFM.

« On est en sous effectif, on manque de personnel, les EHPAD sont surchargés, il y a de plus en plus de personnes âgées placées en maison de retraite. Surcharge de travail, semaine à plus de 45 heures parfois, personnel épuisé psychologiquement et physiquement. On met toujours le patient en priorité, son bien-être en avant, c’est déjà difficile d’être placé et se dire qu’on ne peut plus rien faire tout seul »

"Chez nous comme ailleurs… "

Les personnels des EHPAD en grève, "à bout" selon le mot d'ordre ce mardi dans toute la France, ont manifesté pour dénoncer, le ras le bol des employés, et le laisser aller envers les patients. En Corse la mobilisation a été peu suivie, pourtant des problèmes existent.               Josette Risterucci, déléguée CGT santé et présidente de la conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA). 

« Il y a des établissements qui sont magnifiques au premier accueil, sauf que _si vous n’avez pas le personnel dédié, formé en nombre suffisant, vous ne pouvez pas faire d’activités, les soins qui doivent être faits_, le nombre de toilettes, vous entendez parler de résidents qu’on ne peut pas doucher tous les jours. En Corse c’est difficile à faire remonter, vous avez des patients eux même dépendants, isolés, qui ne peuvent pas tous s’exprimer ou alors la famille est présente et a du lien avec l’encadrement, les directions, et est vigilante, mais vous avez aussi des familles qui n’osent pas parler, exprimer certaines choses, ça existe chez nous comme ailleurs… »

Le gouvernement a débloqué 50 millions d'euros pour les établissements en difficulté. Une somme jugée insuffisante par les syndicats.

Le cas de l’hôpital de Toga à Bastia 

Josette Risterucci : « Nous demandons depuis plusieurs années un bâtiment neuf près de l’hôpital de Bastia pour héberger dignement les personnes âgées dépendantes que nous avons dans notre structure. Il est évident que ce dossier n’a absolument pas abouti, n'est même pas en discussion. Notre action est de dénoncer cela, demander des améliorations architecturales sur un bâtiment ancien qui devient totalement inadapté aux personnes dépendantes, nous demandons de faire _des chambres seules en plus grand nombre, des salles de bain, privatives, aux normes, ce qui semble le minimum_… »