Société

Syrie : de jeunes Roannaises lancent une antenne locale de l'ONG Syria Charity

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mardi 20 décembre 2016 à 18:58

Mélissa, Manon et Noémie, créatrices de l'antenne roannaise de Syria Charity
Mélissa, Manon et Noémie, créatrices de l'antenne roannaise de Syria Charity © Radio France - David Valverde

Pour apporter leur pierre à l'édifice de l'aide humanitaire en Syrie, un groupe d'amies Roannaises se sont rapprochées de l'organisation non gouvernementale Syria Charity. Depuis quelques jours, elles récoltent des fonds et nourrissent des projets.

Ce sont des images et des témoignages qui provoquent énormément d'émotions ces dernières semaines : ceux des victimes de la bataille d'Alep entre les rebelles et les forces du régime de Bachar El Assad. Des centaines de morts dont des dizaines d'enfants, des hôpitaux détruits. Depuis jeudi, selon la Croix Rouge, 25 000 personnes ont fui la ville d'Alep. Nouvel épisode d'une guerre intestine qui a fait 310 000 morts depuis bientôt six ans en Syrie. Une situation insoutenable pour de nombreuses ONG qui tentent encore d'intervenir sur place en venant en aide aux populations victimes de ce conflit. C'est le cas de Syria Charity qui récolte des fonds depuis 2011 pour envoyer des colis alimentaires, parrainer des orphelins, financer des équipes de secouristes. Et depuis un mois, une antenne de cette ONG existe à Roanne.

"Des vidéos super dures à voir"

À l'origine, une étudiante d'à peine 20 ans, Noémie. Depuis son appartement collé à l’hôpital de Roanne, elle a toujours suivi ce conflit et a été donneuse à Syria Charity avant d'elle-même organiser la récolte de fonds. "Je donnais régulièrement parce qu’ils envoient des colis alimentaires, du matériel médical" *explique la jeune étudiante. *"Je me dis que c'est horrible ce qu'ils vivent. Personne ne mérite de vivre ça. Un jour je n'avais pas assez d'argent alors je me suis dit que je pourrais récolter l'argent des autres, ceux qui en ont plus. Si j'ai des enfants plus tard et qu'il y a une guerre civile en France, j'aimerais bien qu'on nous vienne en aide quelle que soit la religion ou la nationalité."

Noémie à l'origine de l'antenne roannaise de Syria Charity

C'est Noémie qui a montré les vidéos tournées sur place par Syria Charity à ses amies. Elles ont fini de convaincre les jeunes femmes. "Je me suis dit qu'il fallait les aider parce que c'est horrible ce qu'ils vivent", estime Manon. "Quand on voit les vidéos qui circulent", analyse Mélissa, "quand on voit des enfants qui perdent leurs parents ou bien l'inverse, des parents en larmes avec sur eux le sang de leur enfant, c'est super dur à voir. C'est donc normal de les aider". Alors depuis quelques jours, les Roannais ont vu apparaître dans certains de leurs magasins des tirelires aux couleurs de l'ONG. Des commerçants qui parfois refusent de se mêler à ce combat. Pour d'autres, c'est oui, explique Noémie : "Certains étaient très enthousiastes et nous ont dit 'Regardez je mets 10 euros dedans !' Ils étaient à fond derrière nous et nous disaient 'C'est vraiment bien ce que vous faites !'

En quelques jours, quinze personnes ont rejoint le groupe et cela n'est pas fini, révèle Mélissa à ses deux amies. "Je vous ai pas dit ? Mon père veut nous aider ! Et mes deux frères aussi !" La preuve pour Noémie que les jeunes savent se rendre utiles : "Les gens pensent que les jeunes sont égocentriques, qu'ils sont tout le temps sur leur téléphone qu'ils ne pensent qu'à eux... Non, on sait aussi être solidaires et faire la part des choses". D'autres initiatives sont envisagées dans les semaines prochaines comme des rencontres sportives pour récolter des fonds.

En savoir plus