Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tarn : des bénévoles formés pour être des "détectives" en loups

-
Par , France Bleu Occitanie

Suivre au plus près la population de loups en France, c'est le but de l'ONCFS. L'office national de la chasse et la faune sauvage a formé pour cela des correspondants loups dans le département du Tarn. Des bénévoles qui ont appris à récolter des indices sur la bête.

Benoit Redoules, éleveur à Vénès, veut tout connaitre du loups pour mieux protéger ses brebis.
Benoit Redoules, éleveur à Vénès, veut tout connaitre du loups pour mieux protéger ses brebis. © Radio France - SM

Tarn, France

Il y a de plus en plus de loups en France, la barre des 500 vient d'être franchie. En Occitanie, la région est relativement épargnée. Il y en a sans doute une dizaine. Ils s'installent en tout cas. Alors on forme en ce moment, un peu partout dans la région des correspondants loups chargés de "traquer" symboliquement ou en tout cas de pister la bête. 

Ces formations sont dispensées par l'ONCFS, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Une trentaine de ces correspondants viennent d'être formés dans le Tarn par Matthis Petit et tout le monde ou presque peut être correspondant loups. "On cherche à diversifier au maximum le profil de ces correspondants. _Des chasseurs, des agents de l'État, des naturalistes, des éleveurs_. Un maximum d'horizons professionnels différents pour avoir un maximum d'indices." 

Des correspondants qui sont ensuite des enquêteurs sur le terrain à la recherche d'indices sur le passage du loup comme l'a fait il y a quelques temps Benoit Redoules éleveur de brebis à Vénès dans centre le Tarn. "Ça s'est passé à quelques kilomètres de chez moi. Quelqu'un qui a vu trois loups un soir. On va prendre tous les éléments, on recherche la piste et à la suivre. On va sur place pour récolter les indices, des crottes, des traces de sang s'il s'est blessé. Et en fait c'était un chien." 

Benoit Redoules, éleveur à Vénès sur la piste du loup. On est presque dans les "Experts".

"Mieux connaitre le loup pour qu'il ne vienne pas chez moi"

L’objectif confirme Guillaume Bessigneul de l'ONF (Office national des forêts) et nouveau correspondant, c’est d’en savoir plus sur la bête. "Le _but ultime c'est de référencer l'état des lieux de la population du loup_. Le seul élément qu'on a pour le moment, ce sont les témoignages." Et comme le loup fascine beaucoup, il y a toujours beaucoup de témoignages. 

Et pour l’éleveur, Benoit Redoules, mieux connaitre, c’est aussi mieux protéger ses belles brebis. "Je ne viens pas dans le champ avec mon fusil. Je viens avec mon bâton et surtout mon chien de conduite. Mon rôle c'est n'est pas d'aller dans le champ avec le fusil pour faire partir un prédateur. Mon objectif, c'est mieux connaitre le loup pour qu'il ne vienne pas chez moi."  

Dans le Tarn il y a un loup avéré dans le massif du Carroux où il y a eu une attaque mortelle au mois de juin 2018.

Les correspondants loups, à quoi ça sert ?

Parmi les nouveau correspondant, Guillaume Beussigneul de l'ONF. - Radio France
Parmi les nouveau correspondant, Guillaume Beussigneul de l'ONF. © Radio France - SM
Choix de la station

France Bleu