Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Task force" antiterroriste : Emmanuel Macron devient "le chef d'orchestre du renseignement français"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'Élysée a entériné mercredi la création de ce qu'Emmanuel Macron nomme une "task force" contre le terrorisme. Peut-elle vraiment améliorer le fonctionnement du renseignement ? Entretien avec Charles Pellegrini, ancien membre de la cellule antiterroriste de l'Élysée créée par François Mitterrand.

Emmanuel Macron contrôlera directement cette "task force" antiterroriste
Emmanuel Macron contrôlera directement cette "task force" antiterroriste © Maxppp - LEWIS JOLY

Le "centre national du contre-terrorisme", appelé "task force" antiterroriste par Emmanuel Macron lorsqu'il était candidat à la Présidentielle, a été officiellement annoncé par l'Élysée ce mercredi. Il sera dirigé par Pierre de Bousquet de Florian, ex-numéro 1 de la DST (la Direction de la surveillance du territoire), et placé sous l'autorité directe du chef de l'État.

Qu'est-ce que cette "task force" ?

Ce nouveau centre national du contre-terrorisme, au départ une équipe d'une vingtaine de personnes, surtout des analystes, sera chargé du "pilotage stratégique des services de renseignement" pour notamment s'assurer de leur bonne coordination, mais "en aucun cas de leur direction opérationnelle", a précisé l'Élysée. Il devra aussi "proposer au président des plans d'action concertés sur l'action des services de renseignement" et "rendra compte chaque semaine au conseil de défense, où s'élabore la stratégie de lutte contre le terrorisme". L'objectif est de "décloisonner" les différents service de renseignement mais "pas de créer une nouvelle couche" de décision, a précisé l'Élysée.

  - Visactu
© Visactu -

"Il faut un chef d'orchestre" des services de renseignement

"Il est clair que depuis toujours, et dans tous les services de renseignement du monde, la rétention d'information est un sport pratiqué couramment", réagit Charles Pellegrini. Ancien directeur de l'Office central de répression du banditisme, il a aussi fait partie de la cellule antiterroriste de l'Élysée créée en 1982 par François Mitterrand. Il n'en garde pas un très bon souvenir car il était selon lui trop tôt. "L'idée était bonne mais les esprits n'étaient pas mûrs, tous les ministères s'y sont opposés violemment". Cette cellule sera supprimée quelques années plus tard.

Mais aujourd'hui, un tel dispositif peut être utile selon Charles Pellegrini. "Nos services de renseignement fonctionnent très bien, le problème de fond c'est de les mettre en musique avec un chef d’orchestre à qui ils obéiraient au doigt et à l’œil", résume-t-il. Ce chef d'orchestre sera-t-il Pierre de Bousquet de Florian, qui va diriger cette "task force" ? "Il a toute légitimité pour ce poste mais ne nous leurrons pas. Le chef d'orchestre sera Emmanuel Macron. N'oublions pas que le Président est chef des armées", souligne l'ancien commissaire divisionnaire qui ajoute que c'est aussi un signal politique.

Cette cellule aurait aussi pu dépendre du Premier ministre. En la rattachant directement à l'Élysée, Emmanuel Macron s'implique personnellement et endosse la pleine responsabilité de la lutte contre le terrorisme" - Charles Pellegrini

Pour Charles Pellegrini, "il ne s'agit pas simplement de dire à Paul et Pierre d'arrêter de se disputer". "Il faut que celui qui fait de la rétention puisse être repéré et sanctionné, et cela sera probablement plus efficace lorsque le référent est le président de la République en personne."

Charles Pellegrini publie le 30 juin "La France vulnérable", aux éditions L'Artilleur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu