Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Taxe incitative à 35%, collecte des biodéchets depuis six mois : Brive s'empare du problème des poubelles

lundi 27 mars 2017 à 19:41 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

La taxe incitative d'enlèvement des ordures ménagères est à l'ordre du jour du conseil communautaire ce lundi soir, alors que l'expérimentation sur la collecte des biodéchets lancée il y a six mois est concluante. Brive veut être une ville modèle en matière de traitement des déchets.

Ordures ménagères, tri, biodéchets : Brive veut être un modèle dans la gestion des déchets
Ordures ménagères, tri, biodéchets : Brive veut être un modèle dans la gestion des déchets © Maxppp - Emmanuelle DUFFEAL / Photo PQR

Brive-la-Gaillarde, France

Dans le sillage du SIRTOM, le syndicat qui gère les déchets de 122 communes de Basse Corrèze et quelques-unes de Dordogne, les élus de l'agglo de Brive, réuni en conseil communautaire ce lundi soir, se sont penchés sur la taxe incitative d'enlèvement des ordures ménagères. Alors que cette part incitative était de 20% ces deux dernières années, elle passe à 35% en 2017. Le principe est simple : chaque foyer paye une part fixe, et paye aussi une part variable en fonction de la quantité de déchets qu'il produit. Objectif : que les foyers qui produisent plus de déchets que les autres payent plus cher. En clair, les inciter à trier, explique Daniel Fischer, élu référent à l'agglo de Brive.

"Moins on propose sa poubelle au relevage, moins on produit de déchets..."

Il faut dire que les résultats sont là depuis l'entrée en vigueur de la part incitative : quand 40.243 tonnes de déchets étaient traitées en 2010, moins de 30.000 tonnes l'ont été l'an dernier (29.965) malgré l'entrée au SIRTOM des communautés de communes de Lubersac, Uzerche et Pompadour en 2014. Le ratio est passé de 285 kilos par an et par habitant à 173 kilos par an et par habitant. La différence s'est vue dans la poubelle de tri : seulement 4.157 tonnes collectées en 2010 et 9.740 tonnes en 2016.

La collecte des biodéchets étendue à un deuxième quartier de Brive

En matière de réductions des ordures ménagères, une autre initiative, conduite sur la seule ville de Brive, porte ses fruits. C'est celle sur la collecte des restes de repas, on appelle ça les bio-déchets. L'expérimentation a commencé il y a environ six mois, sur 1.700 foyers du quartier test des Rosiers. Ils participent au delà des espérances des élus. En moyenne, 750 grammes de biodéchets par habitant sont collectés chaque semaine, de quoi nettement diminué le volume des ordures ménagères. Quand il passait chaque semaine, le camion ne vient désormais plus que tous les 15 jours.

Six mois après son lancement, le bilan de l'expérimentation de collecte des biodéchets à Brive

Cette expérimentation sera étendue dans six mois à un deuxième quartier de Brive, celui de Bouquet, avant que la ville arrête une méthode définitive de collecte fin 2018. L'ambition est de généraliser le ramassage des biodéchets dans la cité gaillarde d'ici la fin du mandat, en mars 2020. Et de fermer à terme l'un des deux incinérateurs de déchets de la Corrèze.