Société

"Taxe tampon" : les députés refusent de réduire la TVA, les internautes s'indignent

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 15:41

© Maxppp

L'Assemblée nationale a rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi la demande de députés socialistes d'appliquer un taux de TVA réduit aux produits de protection hygiénique féminine. Sur le réseau social Twitter, cette décision est vivement critiquée.

Les produits de protection hygiénique ne sont pas de première nécessité, pour les députés français. Ils ont donc refusé dans la nuit de mercredi à jeudi de faire passer la TVA de 20% à 5,5% sur les tampons, serviettes hygiéniques ou coupes mensuelles. Cette réduction avait pourtant été acceptée la veille en commission, et ce revirement a provoqué l'indignation d'internautes sur les réseaux sociaux. 

 "Le coca taxé à 5,5%, mais les tampons à 20%"

Pour la présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée, qui défendait cette baisse de TVA, les protections hygiéniques sont bel et bien un produit de première nécessité. Et la pétition du collectif Georgette Sand lancée en février a recueilli à ce jour près de 18.000 signatures. Suite à ce rejet par l'Assemblée nationale, plusieurs messages sur Twitter ont fait allusion au caractère largement masculin de l'hémicycle. 

D'autres ont rappelé que certains produits sont eux taxés à 5,5%, alors qu'ils ne sont de toute évidence pas de première nécessité.

Même outre-mer, les députés français ont été tournés en dérision. Dans ce message, on peut lire en anglais : "La charcuterie est essentielle. Les bonbons au chocolat sont essentiel. Le lait de soja est essentiel. MAIS PAS LES TAMPONS. Compris, mesdames ?"

Les tampons comme la mousse à raser, pour le secrétaire d'État au Budget

Autre motif de colère, la déclaration de Christian Eckert. Le secrétaire d'État au Budget a tenu à rappeler qu'un taux de 20% est appliqué aux mousses à raser, une comparaison jugée peu pertinente.