Société

Téléphonie mobile : qu'est-ce qui va changer pour vous avec le rachat de SFR ?

France Bleu lundi 10 mars 2014 à 17:20

Téléphonie mobile : qu'est-ce qui va changer pour vous avec le rachat de SFR ?

La candidature de Bouygues Télécom à la reprise de SFR, la semaine dernière, et l'accord annoncé dimanche entre Free et Bouygues pourraient modifier en profondeur le paysage de la téléphonie mobile. Si Vivendi valide le rachat de SFR par Bouygues, plutôt que par Numéricable, il n'y aura plus que trois opérateurs en France : deux géants, et un challenger.

Papier mobiles - le paysage actuel - Radio France
Papier mobiles - le paysage actuel © Radio France - JB

Actuellement, quatre opérateurs se partagent le marché : un historique, Orange, issu de la privatisation partielle de France Télécom, largement leader sur le marché avec près de 27 millions d'abonnés. Viennent ensuite les deux opérateurs qui se sont lancés aux débuts de la téléphonie mobile, SFR et Bouygues Télécom.

Reste un challenger, Free Mobile , qui ne dispose que d'un peu plus de 3.400 antennes-relais et de 7,4 millions d'abonnés, mais qui a changé la donne sur le marché en imposant à ses concurrents une politique tarifaire particulièrement agressive. C'est à Free Mobile, lancé en janvier 2012, qu'on doit les premiers forfaits tout illimités à moins de 30 euros par mois. 

Si Numéricable rachète SFR - Radio France
Si Numéricable rachète SFR © Radio France - JB

En plus des quatre opérateurs présents sur le marché, un prétendant cherche à entrer dans le jeu : Numéricable. L'opérateur de câble, spécialisé dans la fibre, voudrait se lancer à son tour dans la téléphonie , en rachetant SFR pour un peu moins de 15 milliards d'euros au total (dont 11 millions en numéraire, et le reste en parts dans la nouvelle société).

Qu'est-ce que cela changera pour vous ?

**** A priori, rien, ou du moins pas grand-chose ! Numéricable reprendrait la totalité de SFR, ses abonnés et son réseau. Les abonnés SFR deviendront donc abonnés Numéricable, le principal changement serait donc un changement de nom. 

Quel handicap pour Numéricable ?

**** Ce candidat n'a pas les faveurs du gouvernement, qui entend bien garder un oeil sur la transaction (même s'il n'a aucun pouvoir de décision). En effet, Altice, la maison-mère de Numéricable, est basée au Luxembourg, et son patron est Suisse. Pas très Made in France, donc.

Si Bouygues achète SFR - Radio France
Si Bouygues achète SFR © Radio France - JB

C'est cette hypothèse qui transformera le plus le paysage de la téléphonie mobile : si Bouygues absorbe SFR, l'un des opérateurs disparaîtra, pour passer de quatre à trois opérateurs en France. Il restera donc Orange (pour qui rien ne change), Free et un mastodonte Bouygues + SFR, dont le nom n'est pas encore connu.

Si cette transaction entre SFR et Bouygues est validée, un autre processus, signé ce week-end entre Bouygues et Free, sera mis en place. Bouygues utilisera le réseau racheté à SFR , et, en échange, revendra l'intégralité de son réseau à Free Mobile (pour un prix modique vu l'opération, seulement 1,8 milliard d'euros). 

Cette stratégie pourrait permettre à SFR d'amadouer l'Autorité de la concurrence, qui voit d'un mauvais oeil la création d'un nouveau mastodonte de la téléphonie, en répartissant mieux le nombre d'émetteurs entre les différents opérateurs. 

Qu'est-ce qui changerait pour les abonnés Free ?

** C'est pour eux que la transaction sera la plus avantageuse. Sans être plus nombreux, ils disposeront de l'ancien réseau, auquel il faudra ajouter plus de 15.000 émetteurs qui appartiennent pour le moment à Bouygues, soit plus de 18.000 antennes-relais ** (pour seulement 7,4 millions d'abonnés).

Cela permettra à Free d'en finir avec les critiques concernant son réseau encore faible sur certaines zones du territoire, et de s'affranchir une bonne fois pour toutes du réseau Orange sur lequel il s'appuie encore pour renforcer la couverture du pays. 

Qu'est-ce qui changerait pour les abonnés SFR et Bouygues ?

** Ils seront tous réunis chez le même opérateur, qui s'appellera soit Bouygues soit portera un nouveau nom (pour ne pas perturber les consommateurs). Tous ces abonnés passeront sous l'actuel réseau SFR. Ce nouveau groupement deviendra un géant de la téléphonie mobile, puisqu'il comptera quelque 32 millions d'abonnements, loin devant Orange** . 

Le principal handicap : la concurrence

** C'est ce qui risque de poser problème à Bouygues pour le rachat de SFR, en raison du passage de quatre à trois opérateurs. Car avec moins de concurrence, il devient plus facile de s'entendre sur des tarifs communs** . Les prix des forfaits pourraient grimper, à moins que Free mobile, qui restera beaucoup plus faible en nombre d'abonnés que ses deux adversaires, maintienne sa politique tarifaire et continue de casser les prix.