Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TÉMOIGNAGE - À Amiens, Bernard a rencontré son père pour la première fois en mai 1945

-
Par , France Bleu Picardie

Les souvenirs d'enfance de nombreux amiénois sont marqués par la Seconde Guerre mondiale. Les bombardements, la perte d'un proche, mais aussi ceux plus joyeux de la fin du conflit, le 8 mai 1945. La première rencontre avec son père, le premier défilé du 14 juillet ... Trois Amiénois racontent.

Charles de Gaulle en visite à Amiens en août 1945.
Charles de Gaulle en visite à Amiens en août 1945. © AFP -

Amiens, France

Pour cette journée de commémoration du 8 mai 1945, France Bleu Picardie est allé à la rencontre des Amiénois qui ont encore des souvenirs de la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

Bernard Lemaire a 79 ans. Il est né au début du conflit le 16 juin 1940, alors que sa mère s'était réfugiée à Tours. "Mon père était militaire et avait été fait prisonnier à peu près à la même époque. Il avait été transféré immédiatement en Allemagne, pour aller aider dans les usines ou des les champs, les fermes." Il a fait la connaissance de son père à Amiens quelques jours après le 8 mai 1945.

C'était quelqu'un d'extraordinaire que je voyais pour la première fois. C'était mon père" - Bernard Lemaire, 79 ans.

Une journée dont Bernard se rappelle très précisément. "L'arrivée des prisonniers était annoncée rue Jules Barni à la caserne Dejean. Il faisait un temps exceptionnel, un ciel bleu remarquable, une chaleur importante. Et on attendait, on attendait et mon père n'est pas arrivé." Finalement Georges, son père, avait déjà rejoint la maison de l'oncle de Bernard, dans le quartier Saint-Leu. Bernard se rappelle de la course sur le porte-bagage du vélo de son oncle pour rejoindre la maison : "Je me souviens encore, c'était une pièce très sombre. Il y avait l'éclairage par le fond de la pièce, et je vois se découper sur cette lumière qui était au fond, un colosse. Quelqu'un qui émergeait, qui m'a pris dans ses bras et qui m'a levé jusqu'au plafond. Dans mon souvenir d'enfant, c'était quelqu'un d'extraordinaire que je voyais pour la première fois. C'était mon père" confie Bernard les yeux brillants. 

Bernard Lemaire, 79 ans, a rencontré son père pour la première fois quelques jours après la fin de la Seconde guerre mondiale. Il avait cinq ans.

Éliane a rencontré son mari pendant le bal du 8 mai 1945 

À 90 ans, Éliane se souvient parfaitement du soir du 8 mai 1945. À ce moment-là, elle vivait en Indre-et-Loire : "Toute la semaine on disait : "Les bosches s'en vont, les bosches s'en vont, alors où est-ce qu'on va danser ?" C'était un mardi le 8 mai, en 45. On avait fait un pari de se retrouver tous au même endroit. Ça s'est fait et on a dansé." Pendant le bal, elle se souvient d'un jeune homme qui "dansait comme un papillon, alors je le repérais pour qu'il me fasse danser !" C'était son futur mari : "Il m'a embrassée là, je le sens encore" raconte-t-elle en se touchant le haut du front.

À 90 ans, Eliane se souvient parfaitement de la soirée du 8 mai 1945 : elle a rencontré son mari au bal.

Il y avait des cris de joie ! C'était une chose que je n'oublierai jamais." Marie-Louise, 85 ans, raconte le premier défilé du 14 juillet à Paris après la guerre.

Le souvenir le plus marquant de la fin de la guerre se déroule à Paris pour Marie-Louise. Pendant le conflit, elle vivait chez les sœurs place Vogel à Amiens. Elle a vécu les bombardements de 1940 autour de la cathédrale, les décombres dans les rues. Peu de temps après, elle est partie dans un autre pensionnat à Paris. Elle a assisté au premier défilé du 14 juillet après la fin de la guerre : "Ambiance du tonnerre, les gens étaient heureux mais quand même, disons, pas très en forme après les privations de cette guerre. Mais il y avait des cris de joie ! C'est une chose que je n'oublierai jamais."

Marie-Louise, 85 ans, se souvient du premier défilé du 14 juillets à Paris, avec les soldats français, américains et anglais.