Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

TÉMOIGNAGE - Bénédicte, infirmière d'origine mayennaise, vit la crise sanitaire depuis la Guyane

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Originaire de Javron-les-Chapelles, Bénédicte, 40 ans, est infirmière à la clinique de Cayenne, en Guyane. Pendant de longues semaines, elle a pris en charge des patients atteints du coronavirus sur ce territoire français d'Amérique du Sud, où le virus est particulièrement actif.

Extérieur de l'Hôpital de campagne à Cayenne en renfort pour lutter contre la pandémie de coronavirus, Covid-19. 27/06/2020.
Extérieur de l'Hôpital de campagne à Cayenne en renfort pour lutter contre la pandémie de coronavirus, Covid-19. 27/06/2020. © Radio France - Valentin Dunate

La Guyane ne voit pas le bout de la crise sanitaire. Depuis la fin du mois de juin, les cas de coronavirus ont explosé, passant de 400 environ au moment du déconfinement, à près de 7.000 aujourd’hui. Une situation critique pour le territoire français d’Amérique du Sud.

Bénédicte, 40 ans, est originaire de Javron-les-Chapelles, en Mayenne. Depuis 12 ans, elle est infirmière à la clinique de Cayenne, en Guyane, en service de dialyse. Au moment où la crise sanitaire s'est accentuée sur le territoire français d'Amérique du Sud, il y a un mois, Bénédicte s’est occupée uniquement des patients atteints du coronavirus dans son service. Une nouvelle plage horaire leur est entièrement consacrée, pour qu’ils puissent faire leurs séances de dialyse en limitant les risques de contamination. "Les patients atteints du Covid-19 venaient de 18 heures à minuit", explique Bénédicte. Avec des mesures de protection strictes. 

On attendait une demi-heure après le départ du patient pour désinfecter la salle dans laquelle il a fait sa dialyse. On faisait une désinfection totale, du sol au plafond, donc ça nous prenait au moins une demi-heure par salle - Bénédicte, infirmière d'origine mayennaise installée en Guyane

De nombreuses heures supplémentaires

Forcément, ces mesures de précaution ont un impact sur la charge de travail de Bénédicte. "Très souvent, je finissais à 2 heures du matin, le temps de tout désinfecter." Cette surcharge de travail est fatigante pour l’infirmière. Surtout que les effectifs soignants ne sont pas toujours au complet. "Le manque de personnel est un problème récurrent en Guyane. Beaucoup de soignants viennent pour une durée de six mois ou un an seulement. Le problème qui se pose en ce moment, c’est que ceux qui avaient prévu de partir cet été partent quand même, malgré la crise. Et c’est très difficile de trouver du personnel en ce moment", explique-t-elle. 

S’ajoute à cela, un manque récurrent de surblouses, dans le service de Bénédicte. Et pourtant, la Mayennaise d’origine ne se plaint pas. "J’estime qu’on a fait ce métier-là pour être là dans ce genre de situation. Je trouve ça normal, c’est notre travail", lance Bénédicte. Depuis le début du mois de juillet, plus de 130 réservistes sanitaires ont rejoint la Guyane pour prêter main forte aux différentes structures médicales guyanaises.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess