Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TEMOIGNAGE : Clémence, une retraitée de 62 ans, a dû se résoudre à retravailler pour boucler ses fins de mois

mardi 9 octobre 2018 à 7:30 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne et France Bleu

Clémence (prénom d'emprunt à sa demande) est une Lavalloise de 62 ans, elle est divorcée, mère de 3 enfants et grand-mère de 5 petits-enfants. Elle est propriétaire d'une maison mais elle a encore 10 ans de crédit sur le dos. Cela fait deux ans qu'elle a pris sa retraite.

Illustration manifestation de retraités
Illustration manifestation de retraités © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Laval, France

Clémence gagnait plutôt bien sa vie, surtout elle avait des primes, ce qui lui permettait de mettre du beurre dans les épinards. Cette femme énergique travaillait dans le secteur bancaire. Son premier boulot, c'était à l'âge de 17 ans, elle n'a jamais cessé de travailler. Mais quand cette Lavalloise a pris sa retraite, elle a pris une petite claque : "j’avais jeté un coup d’œil sur ce que je pouvais gagner à la retraite et surtout par rapport à ce que je gagnais en travaillant. Si j’avais su, j’aurais travaillé un peu plus longtemps...ben ça change complètement, j’ai cinq petits enfants, j’aime bien leur faire plaisir, avant j’avais pas trop de soucis pour aller dans un parc d’attraction, maintenant c’est impossible. On faisait des repas avec des amis, on allait au restaurant, maintenant c‘est plus possible, maintenant on y va une fois par trimestre. Je regarde combien de fois je peux inviter la famille, les amis, je fais attention à tout ça." Clémence touche 1700 euros de retraite par mois. 

La peur de la dépense inattendue 

Clémence fait attention à chaque dépense. Mais voilà, il y a les tuiles, comme on dit, "j’ai eu besoin de faire des soins dentaires importants, je ne pouvais pas payer, j'ai donc dû prendre dans mes économies. J’ai pensé à vendre ma maison, oui, je ne sais pas ce que la vie nous réserve, dans 3-4 ans la question se posera peut-être. Je suis plutôt optimiste mais je me pose des questions." L'idée est alors venue à Clémence de retravailler. Mais quoi faire? "Je ne voulais pas d'un vrai job, mais arrondir mes fins de mois et faire plaisir à mes petits-enfants. J’ai choisi la vente à domicile. Cela me prend une après-midi pour relancer les invités, et deux soirs par semaine pour les ventes. Pour l'instant, je rentre dans mes frais, car c'est à moi d'acheter les produits. Si je pouvais arriver à me faire 100 euros de bénéfice par mois, ça serait vraiment super génial!"

"Je ne me plains pas car je sais que des gens gagnent moins que moi "-Clémence, retraitée de 62 ans

"Le quotidien est difficile, tout a augmenté, la nourriture, les fruits cet été, c’est énorme mais je gagne bien ma vie,  il y a des gens qui gagnent beaucoup moins, et pour qui c’est beaucoup plus difficile. Je ne me plains pas. Il faut faire attention à tout, tout le temps, avant je faisais moins attention, j’aimais acheter des vêtements, des bijoux, maintenant je les regarde! ". 

Clémence sera dans la rue ce mardi 9 octobre. Une journée de mobilisation nationale pour dénoncer la politique sociale du gouvernement en particulier la baisse du pouvoir d'achat. En Mayenne, plusieurs rassemblements sont organisés à 10 heures à Laval place de la Trémoille, à 11 heures à Renazé, rond-point de l'ardoise, à 14 heures 30 à Mayenne square de Yougoslavie, à 14 heures 30 place de la gare à Evron.