Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Témoignage d'un pompier des Alpes-Maritimes: "Nous ne pouvons plus entrer sans l'accord des jeunes dans certaines cités"

mardi 5 décembre 2017 à 9:15 Par Sébastien Germain, France Bleu Azur

Les pompiers des Alpes-Maritimes sont en colère. Certains ne supportent plus les conditions de travail. Que vivent-ils au quotidien ? Réponse d'un de ces pompiers qui était notre invité ce mardi sur France Bleu Azur.

Emmanuel Visa, pompier et vice président la Fédération autonome des sapeurs-pompiers
Emmanuel Visa, pompier et vice président la Fédération autonome des sapeurs-pompiers © Radio France - Sébastien Germain

Nice, France

Emmanuel Visa est pompier, vice président la Fédération autonome des sapeurs-pompiers. Il était notre invité à 7h50 ce mardi sur France Bleu Azur.

"J'ai déjà reçu des frigos, des cadis de batterie lors d'interventions."

Les pompiers des Alpes-Maritimes sont marqués par l'agression qu'ils ont subi la semaine dernière. Ils ont reçu des jets de pierres à la caserne Bon Voyage. Emmanuel Visa nous parle de ce que subit un pompier des Alpes-Maritimes au quotidien : 'Les agressions verbales c'est du quotidien, là se retrouver dans notre caserne là ou nous devons être protégés, nous avons reçus des jets de pierre, c'est incroyable. J'ai déjà reçu des frigos, des cadis de batterie lors d'interventions. Il y a 7 cités qui posent problèmes. Dans certains endroits il y a même des jeunes qui filtrent l'entrée de la cité ou nous sommes obligés d'avoir leur accord pour passer."

L'invité