Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TEMOIGNAGE : "l'IVG, ça ne se fait pas sur un coup de tête, c'est une décision qui se prend dans la douleur"

vendredi 14 septembre 2018 à 15:22 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne

Léa (prénom d'emprunt) est Mayennaise, elle est maman de 2 enfants. Elle réagit après les propos du docteur de Rochambeau, le président du syndicat national des gynécologues-obstétriciens, qui a comparé l'interruption volontaire de grossesse à un homicide.

Illustration
Illustration © Maxppp - Pierre Augros

Mayenne, France

Léa a décidé d'avorter pour des raisons qui lui appartiennent. C'était il y a 5 ans. Ce jour-là, elle s'en souvient parfaitement : "j'ai demandé à une amie de m'accompagner au Centre Hospitalier de Laval, cette amie travaillait en maternité, alors ça me rassurait. Vous savez ce n'est pas simple, on ne sait pas trop où on va...on n'a pas vraiment envie d'être seule. Sur le premier accueil, on est pris en charge, ça se passe sans jugement, j'ai été un peu plus perturbée, et où j'ai commencé à doublement culpabiliser de ma décision, c'est quand j'ai eu l'échographie. On vous met en position de voir l'écran donc de voir le fœtus, d'entendre le cœur et je ne m'attendais pas du tout à ça. C'est soit de la maladresse, soit volontaire, soit un manque d'expérience de l'interne qui était là, mais cela m'a vraiment déstabilisée. C'est assez traumatisant, c'est douloureux, ça dure longtemps, quand on a pris sa décision, on veut que ça aille plus vite que le protocole. "

Les réactions d'indignation sont nombreuses

Condamnation ferme de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et de  la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa  Pour le conseil national de l'ordre des médecins "La clause de conscience n'est pas un moyen pour se soustraire à la loi ".  L'association nationale des étudiants en médecine parle de propos irresponsables qui appellent à une réponse forte de la profession. Les 3 centres hospitaliers mayennais (Laval, Mayenne et Château-Gontier) ont un service d'orthogénie, ils pratiquent donc des IVG. A Laval, il y a eu 312 avortements en 2017, les femmes obtiennent un rendez-vous dans la semaine. Dans ce service d'orthogénie,  il y a deux médecins, une sage-femme, une psychologue, une infirmière et une aide soignante.