Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

TÉMOIGNAGE - Le coronavirus "un danger permanent et invisible" prévient Jeanne qui a perdu son ex-mari

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Le Raincy, France

Parmi les 28.132 décès liés au Covid-19 en France depuis le 1er mars, il y a celui de Saïd, habitant de Seine-Saint-Denis et père de famille. Son ex-femme, Jeanne, témoigne pour nous raconter l'homme qu'il était mais aussi pour nous rappeler que le virus est toujours là et qu'il tue encore.

Parisiens assis sur le bord du canal Saint-Martin, 10 jours après l'assouplissement par le gouvernement des mesures de confinement visant à freiner la propagation de la pandémie de COVID-19
Parisiens assis sur le bord du canal Saint-Martin, 10 jours après l'assouplissement par le gouvernement des mesures de confinement visant à freiner la propagation de la pandémie de COVID-19 © Maxppp - Maxppp

Elle a repris le boulot rapidement "parce que la vie continue et parce qu'il faut être fort", nous explique Jeanne depuis sa boutique située dans le centre-ville du Raincy en Seine-Saint-Denis. Pourtant la vie de cette commerçante, mère de deux adolescentes a été chamboulée, le 3 avril dernier, quand elle a appris le décès de Saïd, son ex-mari, touché par le Covid-19.

Un "père de famille aimant" 

"C'est une nuit qui me hantera toujours, je n'oublierai jamais quand j'ai reçu le coup de fil à trois heures du matin et que je suis allée voir les filles ensuite pour leur dire que leur papa ne reviendra pas", nous raconte, émue, Jeanne. Elle s'était séparée de Saïd, mais les parents étaient restés en très bon termes. "D'ailleurs, je l'appelais toujours 'mon mari' et lui disait 'ma femme'"

Saïd avait 54 ans, il était "en pleine forme" selon Jeanne qui nous décrit "un grand sportif, ancien champion d'Europe de Jujitsu" mais surtout un "père très aimant pour ses filles", âgées de 12 ans et 17 ans.

Ne pas se relâcher car le "virus est toujours là"

Aujourd'hui, Jeanne veut alerter toutes ces personnes qu'elles croisent sans masque et qui respectent de moins en moins les gestes barrières depuis le déconfinement."Je vois des gens faire du foot dehors, du vélo dehors, sans se protéger et du coup ça ne nous protège pas". Sans compter les réflexions de certains clients dans sa propre boutique. "Cette semaine une cliente m'a dit que le Covid ça n’existait pas, qu'il n'y avait pas autant de morts. Je lui ai répondu que le père de mes enfants, lui, était confiné au cimetière du Raincy jusqu'à la fin de l'éternité". 

Provoquer une prise de conscience, c'est l'objectif de Jeanne désormais, pour que derrière les chiffres, derrière les morts, on se rappelle qu'il y a des familles et des proches qui souffrent. "Ce nous vivons est indescriptible et je ne souhaite ça à personne".

Le coronavirus "un danger permanent et invisible" prévient Jeanne qui a perdu son ex-mari

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu