Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TÉMOIGNAGE - le massacre d'Ascq, 75 ans après, reste un "traumatisme pour les familles"

vendredi 29 mars 2019 à 12:19 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

C'était il y a 75 ans. Le massacre d'Ascq a eu lieu dans la nuit du 1er au 2 avril 1944. Dans ce village, qui fait désormais partie de Villeneuve d'Ascq, les nazis ont assassiné 86 habitants. Les filles de l'une des victimes se souviennent.

Marguerite-Marie et Jacqueline Béghin ont perdu leur père dans le massacre d'Ascq.
Marguerite-Marie et Jacqueline Béghin ont perdu leur père dans le massacre d'Ascq. © Radio France - Cécile Bidault

Villeneuve-d'Ascq, France

Dans le nuit du 1er au 2 avril 2019, ce seront les 75 ans du massacre d'Ascq, qui a eu lieu pendant la seconde guerre mondiale, dans ce village qui fait désormais partie de Villeneuve d'Ascq. Cet événement traumatisant de l'histoire de notre région est parfois surnommé "l'Oradour-sur-Glane du Nord". 

Cette nuit-là, Marguerite-Marie Béghin a 7 ans. Son père, menuisier, est emmené par les SS. 75 ans après, elle se souvient : "on a entendu les coups dans la porte, dans les fenêtres. Papa a dû partir avec les Allemands, ainsi que d'autres hommes du quartier. Il a été le dernier du massacre". Sa sœur, Jacqueline, qui était trop jeune pour avoir des souvenirs, sait que "certains sont arrivés sur les lieux du massacre en pyjama, en pantoufles !"

86 morts

Les SS les emmènent le long de la voie ferrée, 86 hommes sont assassinés. Parmi les victimes, on compte même des adolescents de 15 ans. Les nazis prétendent alors qu'ils ont tué des résistants qui avaient saboté un train allemand. Ce n'étaient que des civils arrachés à leurs familles. "Ca été très dur pour notre maman et pour nous", expliquent les deux sœurs. "C'est un traumatisme pour les familles. On fait tout pour que le souvenir demeure".

Mémorial Ascq 44

Un souvenir entretenu au mémorial Ascq 44, construit après la guerre sur les lieux du massacre. Longtemps cet épisode a été méconnu. Sylvain Calonne préside la société historique de Villeneuve d'Ascq, avance quelques explications : "_parce que les Ascquois ont tenu ce massacre comme quelque chose d'intime. Parce qu'aussi d'autres lieux de commémorations ont pris le dessus, comme Oradour-sur-Glan_e".

Plaintes contre un ancien SS

Ce 75e anniversaire a une résonance particulière car récemment, l'un des SS responsables du massacre a été retrouvé. Condamné à mort en son absence, à Lille en 1949, Karl Münter n'avait jamais été inquiété. La justice allemande a fini par ouvrir une enquête. Mais finalement la procédure n'a pas abouti, car selon les lois européennes, on ne peut pas être jugé deux fois pour les mêmes faits dans deux pays différents.

La justice n'est jamais passée

Mais l'homme a été interviewé par une télévision allemande, et il a tenu des propos négationnistes : il a affirmé qu'en tirant sur les habitants d'Ascq, il n'avait fait que son devoir, car ces hommes fuyaient. Il a minimisé le nombre de Juifs tués par les Nazis. Plusieurs descendants des massacrés d'Ascq ont porté plainte. C'est le cas de la famille Béghin : "j'espère que la justice va passer, parce que finalement elle n'est jamais passée. Ce Monsieur coule des jours heureux, et nous on continue de souffrir", affirme Marguerite-Marie.

Jacqueline Duhem, historienne, a fait de nombreuses recherches et a publié le livre Ascq 44, une affaire franco-allemande. Elle estime aussi que Karl Münter doit être jugé : "cet homme partage toujours les idées odieuses du nazisme, il les revendique haut et fort. Pour nous, c'est un engagement civique, c'est l'aspect symbolique, pour qu'on rende justice aux victimes et à leurs familles".

ECOUTEZ : Jacqueline Duhem, historienne

ECOUTEZ : le dossier de France Bleu Nord sur les 75 ans du massacre d'Ascq

Preuve que le massacre d'Ascq est sorti aujourd'hui de l'anonymat : lors des commémorations officielles, le week-end du 13 avril, plusieurs médias allemands seront présents.