Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TÉMOIGNAGE - "Les maisons closes, ce serait mieux", selon une prostituée de Gardanne

mardi 4 septembre 2018 à 17:47 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence

La députée LREM du Var Valérie Gomez-Bassac s'est dite favorable, sur France Bleu Provence, à la réouverture des maisons closes. Une idée approuvée par Angie, 23 ans, qui vend son corps depuis cinq ans le long de la D7 dans les Bouches-du-Rhône.

La prostitution est monnaie courante sur la D7 entre Luynes et Gardanne
La prostitution est monnaie courante sur la D7 entre Luynes et Gardanne © Maxppp - FRANCK VALENTIN

Luynes, France

La D7 entre Luynes et Gardanne est un haut lieu de la prostitution près d'Aix-en-Provence. "Il y a une douzaine de jeunes femmes qui se relaient été comme hiver, affirme Pascal, qui emprunte régulièrement cette route. Elles se postent à des intersections, et elles font leurs petites affaires plus loin, dans la forêt, dans les buissons", poursuit-il.

Les prostituées sur la route, une nuisance pour les riverains

Sur la route départementale 7, les jeunes femmes ne se cachent plus depuis longtemps. "La police, la gendarmerie, les services de la ville passent devant et ne disent rien", soutient Gilbert. Le retraité trouve même cette prostitution un peu trop voyante : "Elles sont quasiment nues, c'est choquant pour les enfants."

À l'ombre d'un arbre, assise à même le sol, Angie, 23 ans, titulaire d'un diplôme d'esthétique, attend le client : "Ça fait cinq ans que je fais ça, pour payer mon loyer, je ne trouve que des CDD dans mon travail." Angie s'est postée en retrait d'une intersection. Un sac plastique à coté d'elle contient des préservatifs, des lingettes nettoyantes et deux bouteilles d'eau. 

"On ne sait jamais sur qui on tombe." (Angie, prostituée)

Quand on l'interroge sur l'intérêt de rouvrir des maisons closes, elle n'hésite pas une seconde : "Bien sûr que ce serait mieux pour l'hygiène, pour le confort, au lieu de faire ça dans les buissons, à l'abri des regards. Et puis ça légaliserait. Les clients ont peur de s'arrêter à cause des amendes." La jeune femme, vêtue d'un short en jeans et d'un tee-shirt moulant, ajoute : "Pour notre sécurité aussi ce serait mieux. Parfois on se met d'accord avec le client et soudain, il devient agressif et violent. On ne sait jamais sur qui on tombe, ce n'est pas marqué sur le visage."

La proposition de rouvrir les maisons closes controversée

Certaines associations ont un discours beaucoup plus nuancé sur la notion "idyllique" des maisons closes, rappelant qu'elles font plutôt la promotion de la prostitution et qu'elles n'améliorent pas, loin s'en faut, la condition des femmes qui vendent leur corps.