Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

TÉMOIGNAGE - "Nous, étudiants noirs à Metz, avons été victimes de propos racistes"

L'une des victimes des messages racistes échangés par des étudiantes de l'Université de Lorraine à Metz témoigne. Cette élève de nationalité guinéenne dénonce des propos "hors limite" tenus sur un groupe fermé sur Messenger.Une marche contre le racisme est organisée ce mardi.

Houssainatou, étudiante en sociologie, est l'une des victimes de cette affaire de racisme à l'université de Metz
Houssainatou, étudiante en sociologie, est l'une des victimes de cette affaire de racisme à l'université de Metz © Maxppp - Lionel Vadam

Metz, France

Après les insultes contre des étudiants noirs de l'université de Lorraine à Metz, l'une des victimes témoigne. Vendredi, des étudiants de sociologie en 2e année de licence ont découvert que certains de leurs camarades se moquaient d'eux sur les réseaux sociaux, sur un groupe fermé sur Messenger baptisé "Oh djadja". Ils échangeaient des remarques racistes depuis plusieurs mois, en prenant en photo des élèves ou des enseignants noirs à leur insu.  L'une des victimes, Houssainatou, 24 ans, de nationalité guinéenne, raconte comment ces actes racistes ont été découverts. 

Ils nous traitaient de singes, ils disaient qu'on puait. Ce sont des propos hors limite

Le message partagé par une étudiante sur les réseaux sociaux qui a dénoncé la situation à l'université de Metz - Aucun(e)
Le message partagé par une étudiante sur les réseaux sociaux qui a dénoncé la situation à l'université de Metz - copie d'écran Twitter

Trois étudiantes auraient été identifiées comme les principales auteures des messages racistes. Houssainatou a été surprise parce que tous ces élèves sont dans la même promotion depuis 2 ans. "Une personne qui a été rajoutée sur ce groupe fermé sur Messenger a découvert la teneur des messages et nous a alerté. J'en veux à tous les autres étudiants du groupe qui n'ont rien dit pendant des mois, ils sont tous coupables".

Il faut que ce genre de comportement cesse à l'université de Metz comme ailleurs

La jeune femme reconnait que les étudiants africains, au nombre de 11 sur une trentaine d'élèves, n'étaient pas bien intégrés dans cette licence de sociologie. "Nous étions à part, dans une partie de la salle, séparés des autres élèves. Quand parfois nous voulions nous asseoir à côté d'eux, ils nous disaient que ce n'était pas possible, que la place était réservée".

En réaction à cette affaire de racisme à l'université de Metz, une marche contre le racisme sera organisée ce mardi. Elle partira du campus du Saulcy à 13h15, pour rejoindre le centre-ville messin. 

Houssainatou espère une prise de conscience avec la marche contre le racisme

Houssainatou espère que cette marche va susciter une prise de conscience. "Cela nous fait chaud au coeur qu'il y ait cette marche, nous avons reçu beaucoup de soutien, Il faut que ce genre de comportement cesse à l'université de Metz comme ailleurs".