Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tempête Alex : l'Etat mettra "plusieurs centaines de millions d'euros" pour reconstruire dit Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu, France Bleu Azur

Emmanuel Macron en visite dans les Alpes-Maritimes ce mercredi a accordé dans la soirée une interview télévisée à France 2 et TF1. Il a affirmé que "plusieurs centaines de millions d'euros" seraient débloqués par l'Etat pour reconstruire les villages ravagés par la tempête Alex.

Le président Emmanuel Macron a donné une interview télévisée à l'issue de sa visite dans les Alpes-Maritimes ce mercredi.
Le président Emmanuel Macron a donné une interview télévisée à l'issue de sa visite dans les Alpes-Maritimes ce mercredi. © Maxppp - Daniel Cole

Emmanuel Macron a affirmé que l'Etat mettra "plusieurs centaines de millions d'euros" pour reconstruire les zones sinistrées dans les Alpes-Maritimes après le passage de la tempête Alex. Le chef de l'Etat a donné une interview télévisée ce mercredi soir en direct sur TF1 et France 2, depuis Saint-Martin-Vésubie, où il était en visite. 

"Je veux d'abord commencer par avoir une pensée pour toutes les familles des victimes : le Morbihan a été très durement touché, le Var a été touché et nous sommes dans le département qui a été le plus cruellement touché", a déclaré le président de la République au début de son interview. Il a rappelé le nouveau bilan qu'il avait annoncé quelques heures auparavant : "5 victimes retrouvées, 7 disparus et 13 disparus potentiels, donc un bilan humain qui est très lourd" 

Une cinquantaine de communes bénéficieront de l'arrêté de catastrophe naturelle

Au total, 55 communes seront concernées par l'arrêté de catastrophe naturelle a précisé Emmanuel Macron. "Pour les particuliers qui ont subi un sinistre, pour ceux qui ont une perte d'exploitation, ils peuvent tout de suite se tourner vers leur assureur." "Ce que je demande aux assureurs, c'est de faire le plus vite possible, le plus simple possible et au maximum de ce qu'il est possible de faire", a-t-il insisté.

Mais le président a précisé que "des maisons qui se trouvaient dans le lit de la rivière ne pourront pas être reconstruites à l'identique". "Ce sont des travaux d'aménagement que nous devons mener avec les collectivités".

Un fonds de reconstruction mis en place

"Nous allons créer un fonds reconstruction Alpes-Maritimes" a annoncé le président de la République. 100.000 d'euros ont déjà été annoncés dans un premier temps, rappelle le président, mais à terme l'Etat investira "plusieurs centaines de millions d'euros".

En outre, sera mise en place une "conférence des financeurs", pour que "l'Etat, la région, le département, la métropole et toutes les communes qui peuvent y contribuent afin que la solidarité nationale et locale se mobilisent". L'Europe aussi "peut être mobilisée" sur les fonds d'aide aux communes sinistrées "car on ne va pas pouvoir bâtir de la même manière. Il faudra prévenir ces risques".

Interrogé sur la scolarité des élèves, Emmanuel Macron estime qu'il "faut répartir les enfants et rassurer les familles qui veulent rester dans les vallées. Il faut reconstruire au plus vite pour stabiliser, pour que les gens puissent durablement d'installer."

Enfin, il a été interrogé sur l'épidémie de Covid-19. Dans les endroits où le virus "circule trop vite" (...) "on doit aller vers plus de restrictions, comme celles qu'on a pu connaître dans les Bouches-du-Rhône et dans la petite couronne" de Paris indique-t-il, tout en excluant une limitation des déplacements. Ce jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran doit faire le point sur la situation avec de nouvelles villes qui pourraient basculer en "alerte maximale".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess