Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tempête de 1999 en Dordogne : "C'était un spectacle de désolation" se souvient le préfet

-
Par , France Bleu Périgord

Il y a 20 ans, la tempête Martin ravageait 69 départements dont la Dordogne. Dans la nuit du 27 au 28 décembre 1999, les rafales de vent extrêmement violentes déciment 50.000 hectares de forêts. Le préfet de l'époque, Pierre-Henry Maccioni se souvient sur France Bleu Périgord.

La tempête Martin a ravagé la Dordogne dans la nuit du 27 au 28 décembre 1999. Photo d'illustration
La tempête Martin a ravagé la Dordogne dans la nuit du 27 au 28 décembre 1999. Photo d'illustration - Anne-Marie Faure

Dordogne, France

Dans la nuit du 27 au 28 décembre 1999, la tempête Martin s'abat sur la Dordogne. En quelques heures, 50.000 hectares de forêt sont mis à terre, 220.000 Périgourdins sont plongés dans le noir, sans téléphone et parfois sans eau. Quatre personnes sont tués dans les intempéries et dans les jours qui ont suivi. Le préfet de l'époque, Pierre-Henri Maccioni, se souvient sur France Bleu Périgord de cette tempête et des jours qui ont suivi en Dordogne. 

Pierre-Henry Maccioni, préfet de la Dordogne entre 1997 et 2001

Des renforts EDF de France et d'Europe

Pierre Henry Maccioni raconte que cette tempête a été une surprise car "les prévisions météo n'étaient pas les mêmes à l'époque". La préfecture de la Dordogne craignait en 1999, le bug informatique de l'an 2000 et non pas la tempête. Dès la nuit, explique l'ancien préfet, une cellule de crise est mise en place à Périgueux. Pierre-Henry Maccioni se rappelle la mobilisation très rapide des maires et des gendarmes.

C'état un spectacle de désolation"

La priorité pour la préfecture c'est de "rétablir les grands axes car toutes les routes sont barrées et de rétablir les sources d'énergies". Les équipes d'EDF sont mobilisés dès le 28 décembre. Des renforts arrivent de toute la France mais également d'autres pays européens. 

L'équivalent d'un régiment de l'armée mobilisé

Selon l'ancien préfet de la Dordogne, c'est l'équivalent d'un régiment de l'armée qui est mobilisé pour déblayer les routes et les rivières. Il faut rétablir le téléphone et la tâche est complexe se rappelle Pierre-Henry Maccioni car la Dordogne est le troisième département le plus étendu de France métropolitaine

Il y avait des couloirs de plusieurs centaines de mètres qui étaient complètement détruits et le reste à côté était intact" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu